Services aux particuliers  >  Etudes de cas  >  Pourquoi Compte Nickel séduit au-delà des non-bancarisés

Pourquoi Compte Nickel séduit au-delà des non-bancarisés



La néo-banque ouvre 26 000 comptes par mois et vise la rentabilité mi-2017. Elle repousse ses projets pour les PME afin de mieux répondre à la demande des particuliers et va enrichir son offre en agrégeant des services d’autres fintech.

Les néo-banques, qui fleurissent dans le monde entier, se posent des questions sur la pérennité de leur modèle face à des coûts d’acquisition importants. L'acteur français Compte Nickel, lancé en février 2014, continue pour sa part sa trajectoire ascendante. Il revendique plus de 465 000 clients à fin décembre 2016 et en vise 900 000 à un million d’ici à la fin de l’année. En décembre 2016, Compte Nickel a atteint un rythme de 26 000 comptes ouverts dans le mois et compte réaliser 46 000 ouvertures par mois d’ici à fin 2017.

En comparaison, au deuxième trimestre 2016, la banque en ligne Boursorama a ouvert 64 000 comptes, soit en moyenne 21 300 par mois (la donnée n’a pas été dévoilée par sa maison mère, Société Générale, au troisième trimestre). “Nous détenons 0,7 % du marché de l’Iban, alors que les banques en ligne ont mis 20 ans à en décrocher 2,5 % auprès des banques traditionnelles”, se targue Hugue

[1554 mots]
Vous avez déjà un compte ?
Connectez-vous
Créez un compte

Inscrivez-vous et bénéficiez d'une offre de découverte gratuite de 15 jours de mind Fintech

Créez un compte
Abonnez-vous

Souscrivez à une licence pour accéder à l'intégralité des contenus et supports mind Fintech

Abonnez-vous