Services aux particuliers  >  Etudes de cas  >  Quel bilan tirer un an après le lancement de Paylib sans contact ?

Quel bilan tirer un an après le lancement de Paylib sans contact ?



La solution de paiement du groupement de banques françaises Paylib a ajouté en 2017 une nouvelle fonctionnalité avec le paiement sans contact en magasin. Objectif : tenter de dynamiser l’usage d’une solution qui peine à convaincre, malgré la force de frappe potentielle de ses actionnaires.

En 2017, la solution de paiement Paylib a connu deux évènements marquants de nature à dynamiser sa croissance. D’abord, le groupe BPCE a rejoint le consortium déjà composé des groupes BNP Paribas, Société Générale et Banque Postale ainsi que du Crédit Mutuel et du Crédit Mutuel Arkéa. Ensuite, les banques ont ajouté une nouvelle fonctionnalité au service de paiement en ligne : Paylib sans contact. Cette solution de paiement en magasin a été intégrée au premier semestre 2017 dans les applications des banques membres.

En proposant un nouvel usage, les membres du consortium Paylib espéraient enfin faire décoller le dispositif lancé en 2013 comme une alternative à PayPal. En janvier 2017, Paylib revendiquait un demi-million de comptes créés, sans préciser la part de comptes actifs ni le volume de transactions, alors que le groupement englobait à l’époque 40 millions de porteurs de carte. A titre de comparaison, en 2014, quand le Crédit Agricole a abandonné son propre portefeuille électronique Kwixo pour rejoindre Paylib, il avait déjà atteint 600 000 utilisateurs en trois ans. Et la solution de paiement en ligne PayPal annonçait 7,5 millions de membres actifs en France en juin 2017.

Déploiement

La technologie de paiement NFC a été déployée entre fév

[1965 mots]
Vous avez déjà un compte ?
Connectez-vous
Créez un compte

Inscrivez-vous et bénéficiez d'une offre de découverte gratuite de 15 jours de mind Fintech

Créez un compte
Abonnez-vous

Souscrivez à une licence pour accéder à l'intégralité des contenus et supports mind Fintech

Abonnez-vous