Entreprises & Marchés  >  Entretiens  >  Thomas Dufermont (Do you Dream Up) : “Nos clients ne sont pas prêts à recourir au machine-learning pour les chatbots”

Thomas Dufermont (Do you Dream Up) : “Nos clients ne sont pas prêts à recourir au machine-learning pour les chatbots”



La solution SaaS développée par Do You Dream Up intègre un algorithme de NLP (Natural Langage Processing) qui permet de mettre en place des chatbots. Face aux éditeurs qui proposent des chatbots nouvelle génération utilisant le machine-learning, comme IBM Watson, Do You Dream Up met en avant la fiabilité et la simplicité de sa solution.


Que recouvre la proposition de Do You Dream Up ?

Notre solution est capable de comprendre les questions de l’utilisateur, c’est-à-dire de gérer le NLP (Natural Language Processing). Le moteur NLP tourne grâce à un algorithme propriétaire sur lequel l’équipe travaille depuis dix ans. Ce n’est pas le cas de tous nos concurrents : certains se branchent sur l’outil de NLP DialogFlow ou sur une plateforme de Microsoft par exemple. Comme il ne s’agit pas de leur propre algorithme, ces acteurs ne peuvent pas l’améliorer sur des aspects précis.

Nous proposons surtout des chatbots, mais aussi des “helpbox” et des barres de recherche. Les chatbots que nous proposons renvoient à l'utilisateur des réponses pr&e

[1098 mots]
Vous avez déjà un compte ?
Connectez-vous
Créez un compte

Inscrivez-vous et bénéficiez d'une offre de découverte gratuite de 15 jours de mind Fintech

Créez un compte
Abonnez-vous

Souscrivez à une licence pour accéder à l'intégralité des contenus et supports mind Fintech

Abonnez-vous