Assurance  >  Dossiers  >  Pourquoi les assureurs français abordent l’assurance habitation connectée avec prudence

Pourquoi les assureurs français abordent l’assurance habitation connectée avec prudence



Les assureurs ont du mal à se lancer dans l’assurance habitation connectée, au-delà des systèmes de télésurveillance créés dans les années 2000, et n’envisagent pas encore de baisser leurs primes pour les assurés équipés. Mais des start-up, elles, se lancent sur le créneau.

Les assureurs français innovent peu sur le segment de l’assurance habitation connectée, alors même que plusieurs offres ont vu le jour ces dernières années sur celui de l’assurance auto connectée. Les acteurs de la place proposent bien des offres de télésurveillance depuis les années 2000, qui consistent souvent en des options payantes gérées par un partenaire, et qui peuvent parfois intégrer des capteurs d’incendie ou de dégâts des eaux.

Une nouvelle génération d’assurances connectées, plus flexibles, pilotables sur smartphone, avec des capteurs avancés de détection d’incendie et de dégâts des eaux, qui permettraient de diminuer la prime des assurés qui acceptent de s’équiper (plutôt que de les facturer) est encore loin. Pourtant, “on estime qu’à terme, grâce à la diffusion des capteurs, on pourra réduire les risques de 40% à 60% en habitation”, assure Julien Maldonato, associé chez Deloitte. Une étude réalisée par McKinsey s’est penchée sur cette question. “Les manomètres connectés pourraient réduire le risque de fuites d’eau de 20 à 30%, les détecteurs de fuites connectés de 70%, les détecteurs d’incendie de 70%... Sur les vols, la fourchette est plus large, mais des dispositifs connectés devraient permettre de réduire le risque de 10% à 80% selon le cas de figure”, poursuit Julien Maldonato.

Débuts très timides

Les assureurs ont peu fait évoluer leurs offres depuis le lancement d’options payantes de télésurveillance gérées par des partenaires. AXA France propose par exemple une offre pour protéger contre les intrusions et le vol, en partenariat avec Protection 24. L’option est payante mais AXA “offre une réduction de 50% du coût de la garantie vol et vandalisme et la suppression de la franchise en cas de vol”, indique Marie-Bénédicte Desfontaines, responsable marketing de l’assurance habitation. L’offre inclut des détecteurs d

[2866 mots]
Vous avez déjà un compte ?
Connectez-vous
Créez un compte

Inscrivez-vous et bénéficiez d'une offre de découverte gratuite de 15 jours de mind Fintech

Créez un compte
Abonnez-vous

Souscrivez à une licence pour accéder à l'intégralité des contenus et supports mind Fintech

Abonnez-vous