Services aux particuliers  >  Confidentiels  >  Casino entre au capital du PFM Bankin’

Casino entre au capital du PFM Bankin’



Avec cet investissement dans l’agrégateur et application de gestion de finances personnelles Bankin’, le groupe de la grande distribution confirme ses ambitions sur le secteur fintech.

Selon nos informations, le groupe Casino investit dans l’application d’agrégation de comptes bancaires et d’aide à la gestion du budget Bankin’. Contacté par mind Fintech, Bankin’ précise que l’investissement reste encore conditionné à l’obtention d’autorisations et qu’il s’agit d’une prise de participation minoritaire. Selon nos informations, l’opération pourrait cependant aboutir à un rachat. Le groupe Casino n’a pas souhaité répondre à nos demandes d’interviews.

L’opération, sur laquelle la banque d’affaires Rothschild & Co a travaillé, devrait découler sur la mise en place de synergies entre les deux entités. Casino et Bankin’ ont déjà commencé à travailler ensemble : fin 2018, l’application de paiement Casino max faisait la promotion de Bankin’ auprès de ses clients, leur promettant 1 euro cagnotté en cas d’inscription sur l’agrégateur.

2 millions de clients en BtoC

Bankin’ a annoncé en septembre 2017 avoir passé la barre des deux millions de clients sur son activité BtoC et déclarait alors viser 10 millions d’utilisateurs en Europe d’ici 2020. Outre l’agrégation de comptes bancaires, l’application aide ses utilisateurs à mieux gérer leur argent avec des outils de catégorisation des dépenses, de prévisions de solde, de coaching et de suivi financier. Pour se monétiser, Bankin’ se positionne en tant qu’apporteur d’affaires et propose des produits financiers de partenaires (comme Yomoni) à ses clients, mais cette activité est encore peu développée.

Les PFM ont en effet encore bien du mal à trouver des pistes de monétisation en BtoC : les coachs financiers sont encore peu matures, le besoin en conseil financier de nombreux utilisateurs est “rare et ponctuel”, comme nous l’expliquait Pierre de Brabois, de Wavestone, en juin 2017… D’autant que les PFM doivent faire face à la concurrence des acteurs traditionnels, qui lancent les uns après les autres leur propre version pour leurs clients (parfois basée sur une start-up en marque blanche).

Si ses ambitions de Bankin’ portent principalement sur le volet BtoC, la société commercialise également sa technologie sous forme d’APIs via la marque Bridge, créée fin 2017. Parmi ses clients (le CEO Joan Burkovic en revendiquait “quelques dizaines” en avril 2018) : SAGE, Finexkap ou encore Oddo. Mais le BtoB reste limité chez Bankin’, et le créneau est avant tout occupé en France par Budget Insight et Linxo.

Bankin’ a bouclé une levée de fonds de 7 millions d’euros menée par Omnes Capital en janvier 2017, avec la participation de CommerzVentures et Generation NewTech, portant à 8,4 millions d’euros les fonds levés depuis sa création en 2011.

Casino déjà au capital de Lyf Pay

Casino, de son côté, montre depuis quelques mois des velléités de plus en plus fortes dans le domaine du paiement, au sens large. En novembre, le groupe a annoncé une prise de participation de 5% au capital de la solution de paiement mobile Lyf Pay, qui gère d’ailleurs en marque blanche une partie de l’application Casino Max. Et le directeur de la transformation digitale du groupe ne cachait alors pas ses ambitions dans le domaine : Casino Max revendique 1,5 million de téléchargements et un peu moins de 10% des utilisateurs expérimentent le paiement mobile mais “une fois testé, deux utilisateurs sur trois en moyenne continuent de l’utiliser”, se félicitait Cyril Bourgois.

En décembre, Casino a ensuite dévoilé avoir signé un partenariat avec Natixis Payments en vue de créer un wallet sur la marketplace Cdiscount… mais pas seulement : "L'objectif est de grossir le réseau d'acceptation du wallet en l'intégrant à de nombreux sites marchands", nous dévoilait alors Cyril Bourgois, révélant des ambitions européennes pour le futur wallet : "trois types d'acteurs sont en train de se développer : les retailers online ou du monde physique, comme Amazon Pay ou Starbucks, les réseaux sociaux comme Wechat ou Facebook et les acteurs du device comme Apple Pay ou Samsung Pay. Mais aucun ne s'est encore imposé à ce stade." Avec son réseau de commerces et sa base clients, Casino espère faire la différence.

Il vous reste 0 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Casino entre au capital du PFM Bankin’