Entreprises & Marchés  >  Dossiers  >  Les néo-banques pour entreprises devront faire appel à des réseaux pour acquérir leurs clients

Les néo-banques pour entreprises devront faire appel à des réseaux pour acquérir leurs clients



Les néo-banques dédiées aux entreprises, dont les offres émergent en Europe, présentent un business model plus évident que sur le créneau des particuliers. Leur clientèle est néanmoins plus difficile à segmenter et à recruter.

Après leur offensive auprès des particuliers, les néo-banques ciblent désormais le créneau des entreprises. En France, plusieurs d’entre elles se sont lancées depuis le début de l’année : N26 (en bêta), Revolut, Qonto ou encore manager.one (marque de la banque Wormser Frères). Et de nouveaux acteurs préparent leur arrivée, comme Shine, qui a levé deux millions d’euros pour démarrer son activité  avant la fin de l’année. Ces néo-banques pour entreprises s’attaquent à un marché jusqu’ici occupé par les acteurs traditionnels et les experts comptables.

Cible prioritaire : les indépendants

La plupart des néo-banques ont débuté avec des offres destinées aux freelances. C’est le cas de l’allemande Kontist (qui assure sur son site que la cible sera bientôt étendue), de N26 (avec une déclinaison de son offre pour les particuliers, sans outils additionnels, réservée aux freelances et auto-entrepreneurs), de Shine... Certaines ont élargi la cible aux start-up

[1799 mots]
Vous avez déjà un compte ?
Connectez-vous
Créez un compte

Inscrivez-vous et bénéficiez d'une offre de découverte gratuite de 15 jours de mind Fintech

Créez un compte
Abonnez-vous

Souscrivez à une licence pour accéder à l'intégralité des contenus et supports mind Fintech

Abonnez-vous