Entreprises & Marchés  >  Dossiers  >  Trade finance : le recours à la blockchain redistribue les cartes

Trade finance : le recours à la blockchain redistribue les cartes



Des consortiums régionaux et internationaux travaillent sur des plateformes DLT pour simplifier les mécanismes de trade finance, dont les premières seront commercialisées en 2018. Alors que certaines tentent de transcrire les mécanismes existants sur la blockchain, d’autres inventent de nouveaux modèles.

Le marché du financement du commerce international, ou trade finance, fait l’objet de multiples projets liés à la blockchain. Le consortium R3 en a fait dès sa création l’un de ses trois axes phares. Depuis, d’autres groupes d’acteurs se sont formés dans toutes les régions du monde, pour créer des produits concurrents. 2018 devrait voir émerger plusieurs plateformes à la technologie, au business model et au protocole différents.

Remplacer les lettres de crédit

Plusieurs des projets montés en 2016 visent à remplacer le processus actuel des lettres de crédit (ou crédits documentaires), cet instrument utilisé par les grandes entreprises pour sécuriser un paiement entre un importateur et un exportateur. Les banques garantissent au fournisseur d’être payé si la marchandise est conforme et à l’acheteur qu’il n’aura à payer que si la prestation est bien effectuée. Ces lettres de crédit sont régies par des règles édictées par la Chambre de commerce internationale. Elles nécessitent la vérification de l’authenticité par les banques d’une longue liste de documents, du bon d’expédition à la liste de colis en passant par des certificats d’origine ou des certificats sanitaires.

Les documents transitent de l'exportateur vers sa banque puis vers la banque de l’importateur. Ces vérifications manuelles et basées sur un traitement papier prennent du temps, coûtent cher et mobilisent de nombreuses ressources humaines au sein des banques. Surtout, “80% des lettres de crédit contiennent des erreurs et 70% d’entre elles sont rejetées pendant le process à cause d’erreurs de données”, commente David Nicol, chef de projet chez R3, qui s’est attaqué au sujet.

Les recherches de cas d’usage de la blockchain se

[2523 mots]
Vous avez déjà un compte ?
Connectez-vous
Créez un compte

Inscrivez-vous et bénéficiez d'une offre de découverte gratuite de 15 jours de mind Fintech

Créez un compte
Abonnez-vous

Souscrivez à une licence pour accéder à l'intégralité des contenus et supports mind Fintech

Abonnez-vous