Assurance  >  Dossiers  >  La téléconsultation, devenue un standard chez les assureurs, débute difficilement

La téléconsultation, devenue un standard chez les assureurs, débute difficilement



En 2019, pour un assureur, proposer un service de téléconsultation n’est plus une question. Tous investissent donc à tour de rôle, pour intégrer ce marché hautement concurrentiel. Quelles sont les stratégies de Generali, CNP Assurances, Ociane Matmut, Adréa Mutuelle et Europ Assistance, ainsi que de Medaviz et MesDocteurs face à cette clientèle ? Ces acteurs se montrent confiants en un service dont le taux d’usage standard aujourd’hui ne dépasse pourtant pas 1%.

Alors qu’en 2015, AXA faisait figure de pionnier en lançant sa propre activité de téléconsultation, Axa Assistance, ce service est aujourd’hui devenu un incontournable dans les contrats proposés par les assureurs, qu’il s’agisse des contrats individuels ou collectifs. Mais rares sont ceux à avoir décidé de l’internaliser : outre AXA, seuls Mondial Assistance (filiale de Allianz Partners) et Europ Assistance ont suivi en 2018 après avoir obtenu l’agrément de leur agence régionale de santé (ARS). Une étape logique pour ces plateaux de régulation médicale historiques : “c’est dans notre ADN”, exprime Emmanuel Légeron, directeur général adjoint d'Europ Assistance. Adaptation des logiciels et restructuration opérationnelle s’imposent alors.

Mais sans ces moyens, ni cette expertise, la plupart des assureurs ont plutôt opté pour un partenariat avec l’un des nombreux fournisseurs de solution de téléconsultation. Car ils ne manquent pas, bien que le marché semble commencer à se concentrer. Ainsi, MesDocteurs, MédecinDirect, Livi, Medaviz et récemment DoctoConsult figurent parmi les premières solutions référencées dans les contrats assurantiels, sans surcoût pour le client.

D’autres, enfin, ont décidé d’investir : Vyv a racheté MesDocteurs en 2017 et AXA, via son start-up studio Kamet, a investi à deux reprises dans Qare et en est actionnaire majoritaire. “Deux positionnements très forts, commente Marie-Laure Saillard, CEO de MesDocteurs. L’investissement de Vyv dans la télémédecine se place clairement pour moi dans la tradition du positionnement des groupes de complémentaires santé d’apporter soit une alternative, soit un complément au parcours de soins. On le voit avec les réseaux de soins.” Open CNP, le fonds de corporate venture de CNP Assurances,

Il vous reste 3033 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
La téléconsultation, devenue un standard chez les assureurs, débute difficilement