Entreprises & Marchés  >  Actualités  >  Le Libra se considère comme "un complément aux monnaies établies"

Le Libra se considère comme "un complément aux monnaies établies"



Pas une banque mais un système de paiement, pas un projet de Facebook mais bien le fruit d’une association… Face aux inquiétudes des régulateurs à travers le monde, Bertrand Perez, le directeur général de l’association Libra, fait tout pour rassurer sur le projet de cryptomonnaie.

Directeur général et COO de l’association Libra, Bertrand Perez a livré quelques détails supplémentaires sur le projet de stable coin initié par Facebook le 12 septembre, à l’occasion du Forum international de la blockchain de l’OCDE. Assumant la vision de transformer le réseau Libra en “internet de l’argent”, Bertrand Perez a ainsi déclaré qu’une telle ambition ne “pouvait pas être portée par une seule entreprise, raison pour laquelle l’association compte 28 membres fondateurs”. Pour des raisons de stabilité, notamment, elle doit s’étoffer jusqu’à en compter une centaine d’ici le lancement du Libra, mi 2020. 

Dans une logique similaire de sécurité, le directeur de l’association a rappelé que le Libra serait adossé à un panier de 5 devises, le dollar, l’euro, la livre sterling, le yen et le d

Il vous reste 1258 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Le Libra se considère comme "un complément aux monnaies établies"