Services aux particuliers  >  Dossiers  >  Comment les "néo-courtiers" se mettent en ordre de bataille

Comment les "néo-courtiers" se mettent en ordre de bataille



Pionnier du modèle de courtage sans commission, Robinhood a bouleversé les équilibres du secteur aux Etats-Unis. L’heure est désormais à l’offensive en Europe où plusieurs acteurs veulent marquer leur empreinte.

Les promoteurs du trading zéro commission dévoilent des objectifs ambitieux d’expansion pour 2020. Qu’ils soient spécialisés (Freetrade, BUX, eToro) ou plus généralistes (Revolut, Robinhood), ces acteurs travaillent à la fois sur un élargissement de leur offre et de leur couverture géographique. 

Robinhood est aujourd’hui le représentant emblématique de ce courant. Le succès croissant de la start-up californienne a fini par provoquer une onde de choc sur le marché américain dans son ensemble (lire l’encadré). Vlad Tenev et Baiju Bhatt, ont cofondé Robinhood en 2013 après avoir constaté que les frais acquittés par les investisseurs institutionnels ne représentaient qu’une toute petite fraction de ceux réglés par les particuliers. Ces deux diplômés de Stanford, passés par des fonds d’arbitrage et des sociétés de trading à haute fréquence, ont identifié un potentiel de marché sur une cible plus jeune et moins fortunée que la clientèle traditionnelle des courtiers en ligne. 

C’est sur ce pari que se fonde leur promesse de base : une application mobile de trading sans commission et dépôt minimum. Si les capitaux-risqueurs regardent leur projet avec perplexité, la traction est rapide. L’application, d’abord sur iPhone, ouvre au grand public en 2015 avec 800 000 utilisateurs inscrits sur liste d’attente. En septembre 2016, la start-up revendique déjà

Il vous reste 2121 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Comment les "néo-courtiers" se mettent en ordre de bataille