Services aux particuliers  >  Etudes de cas  >  Comment Hello Bank! a revu à la baisse ses ambitions européennes

Comment Hello Bank! a revu à la baisse ses ambitions européennes



En lançant Hello Bank! en 2013, BNP Paribas nourrissait de fortes ambitions sur le Vieux continent. Sept ans plus tard, la banque en ligne stagne dans certains pays et plusieurs lancements ont été abandonnés. mind Fintech dresse le bilan. 

Dès sa création en 2013, Hello Bank! affichait un appétit féroce en Europe, avec un déploiement dans quatre pays la première année : Allemagne, Belgique, France et Italie. Les coûts de lancement s’élevaient à 65 millions d’euros en 2013, selon les comptes annuels du groupe. La banque mobile s’est ensuite exportée en Autriche puis en République Tchèque et annonçait en 2017 vouloir investir cinq pays supplémentaires avant 2020, parmi lesquels la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie. 

Si Hello Bank! a été présentée comme une banque mobile européenne par sa maison-mère, la marque a été lancée de manière indépendante sur chaque territoire, avec des stratégies locales distinctes reposant sur la présence et la position existantes de BNP Paribas dans le pays. Ces spécificités expliquent que la croissance diffère selon les zones géographiques. 

Allemagne : une base client basée sur un rachat

Hello Bank! s’est d’abord lancée en Allemagne en mai 2013. Le groupe, présent dans le pays via le courtier en ligne Cortal Consors, n’y possède pas d’agences. Contrairement à la stratégie adoptée quelques mois plus tard en France, Hello Bank! se déploie sous la houlette de BNP Paribas Cortal Consors, et non pas de manière indépendante et avec sa propre marque. Le groupe revendique 113 000 cl

Il vous reste 2235 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Comment Hello Bank! a revu à la baisse ses ambitions européennes