Entreprises & Marchés  >  Dossiers  >  L’identité numérique en France, nouvelle terre promise des acteurs financiers ?

L’identité numérique en France, nouvelle terre promise des acteurs financiers ?



Au-delà de la seule connaissance client (KYC), la question de l’identité numérique sous-tend de nombreux cas d’usage utiles aux acteurs des services financiers. Point d’étape sur le développement de ce double numérique officiel en France et la manière dont l’industrie peut s’en emparer.

Le 23 juillet 2014, le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne (UE) ont adopté le Règlement eIDAS, “sur l’identification électronique et les services de confiance pour les transactions électroniques au sein du marché intérieur”. Objectif : rendre sécurisés et interopérables en ligne l’identification électronique, les “services de confiance” (création, vérification et validation de signatures électroniques, cachets électroniques, horodatages électroniques,, etc) et l’échange de documents électroniques dans tous les pays de l’UE. 

Une avancée de taille, alors que Facebook a lancé son outil Facebook Connect dès 2008, suivi par Google avec Google+ Sign-In (aujourd’hui Google Sign-In) en 2013. Car le règlement veut faciliter l’usage d’identités numériques. Grâce à une identification unique et sécurisée, l’utilisateur doit pouvoir accéder à plusieurs services, voire transmettre des documents. L’intérêt est manifeste pour les secteurs de la banque et de l’assurance. En 2020, 63 % des consommateurs abandonnent en plein milieu du processus d’ouverture d’un compte en ligne chez des banques scandinaves, britanniques et allemandes, selon une étude de Signicat. Une solution robuste et reconnue permettrait de faci

Il vous reste 1832 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
L’identité numérique en France, nouvelle terre promise des acteurs financiers ?