Entreprises & Marchés  >  Tribunes  >  La fintech en Allemagne : un écosystème structuré, mature et multipolaire

La fintech en Allemagne : un écosystème structuré, mature et multipolaire



mind Fintech publie en exclusivité la cartographie de la scène fintech allemande réalisée par BlackFin Capital Partners. Maxime Mandin, investment manager au sein de la société d’investissement, souligne les spécificités de la scène fintech allemande.

L’Allemagne est le pays qui a vu naître Rocket Internet le plus grand start-up studio du monde. Depuis, de nombreux start-up studios lui ont emboîté le pas. Plusieurs se spécialisent exclusivement sur le segment des fintech à l’image de Finleap, Mountain Fintech, ou encore Finparx tandis qu’émergent les accélérateurs d’insurtech comme Werk1. Ces acteurs sont spécialisés et dotés de davantage de moyens qu’en France. Ils sont également secondés en phase de seed investment par de nombreux family offices issus du Mittelstand allemand.

L’écosystème allemand est également plus mature en comparaison aux autres pays d’Europe continentale. Dans le domaine des fintech, de nombreuses start-up allemandes ont déjà “plateformisé” la distribution des produits assurantiels (Wefox, Clark, GetSafe) et financiers (Raisin, Deposit Solutions, Savedo). Ce phénomène est particulièrement vrai dans le domaine du BtoC que je j’associe à une population davantage “tech enthousiaste” outre-Rhin, comme en témoigne par exemple la pénétration du e-commerce et de la livraison de repas (“food delivery”).

Une multipolarisation issue de la culture fédérale

Ces start-up appartiennent certes à la première vague fintech qui disrupte la partie distribution des services financiers mais l’Allemagne a déjà pris de l’avance sur la deuxième vague fintech qui touche désormais les couches basses de ces modèles, dont la partie réglementaire. L’Allemagne regroupe déjà les start-up Fidor Bank, N26 et SolarisBank disposant d’une licence bancaire. En France, à l’exception de Prêt d’Union, les fintech utilisent encore la licence bancaire d’établissements tiers. En revanche la France dispose de véritables compétences sur la partie infrastructure (blockchain notamment) et sur la partie intelligence artificielle et big data, deux domaines sur lesquels l’Allemagne semble en retard aujourd’hui.

Une autre particularité de l’écosystème allemand est sa multipolarisation issue directement de sa culture fédérale par opposition à l’hyper concentration anglaise à Londres ou française à Paris. Berlin est le plus grand centre digital avec un vrai savoir-faire dans le BtoC et une population créative et cosmopolite, Munich dispose d’un bassin d’ingénieurs hautement qualifiés et des poids lourds de l’assurance, potentiels partenaires pour les insurtech BtoB. Enfin, Francfort, à l’instar des centres financiers historiques (Suisse, Luxembourg) concentre de nombreuses banques de plus en plus déterminées à collaborer avec des Fintechs BtoB.

 

BlackFin Capital Partners
BlackFin Capital Partners est un fonds d’investissement spécialisé sur les services financiers, actif en Europe continentale. La société dispose de 700 millions d’euros sous gestion via 2 fonds de growth et un fonds de venture de plus de 100 millions d’euros entièrement dédié aux fintech européennes. Basée à Paris et Bruxelles, BlackFin a ouvert en mars 2017 un bureau à Francfort afin d’intensifier sa présence sur la scène fintech allemande.

 

La cartographie de la scène fintech allemande


cartographie N28