Services aux particuliers  >  Dataroom  >  Robo-advisors : les consommateurs veulent garder le contrôle

Robo-advisors : les consommateurs veulent garder le contrôle



Selon une enquête commanditée par ING et menée auprès de consommateurs, plus d'un tiers des répondants européens ne veulent absolument pas utiliser de robo-advisors entièrement automatisés.

Une étude commanditée par ING et menée en mai auprès de 15 000 consommateurs en Europe, aux Etats-Unis et en Australie révèle que les start-up et institutions financières auront sûrement bien du mal à populariser des robo-advisor entièrement automatisés. Seuls 2% des européens se disent prêts à laisser un programme prendre des décisions financières à leur place et 26% dans le cas où ils donneraient toujours leur approbation finale avant qu’une opération ne soit réalisée. 36% des européens se disent au contraire absolument opposés à utiliser un programme automatisé, même pour du conseil financier.

Nathalie Spencer, scientifique comportementale chez ING Group Research, décrit un besoin de garder le dernier mot sur les décisions d’investissement chez les personnes sondés. “Les consommateurs ont une forte confiance dans leur capacité à prendre les meilleures décisions. C’est à nous de mieux comprendre comment répondre à leur besoin de contrôle pour qu’ils puissent bénéficier des avantages des robo-advisors pour améliorer leur gestion financière.”
En 2016, ING a lancé son coach épargne, un projet co-construit en France, Espagne et Italie. Le produit donne des recommandations générales au client pour mieux gérer son épargne mais ne pousse pas de produits en particuliers.

Les Européens ne veulent pas confier leur argent à des start-up

L’étude révèle aussi que les consommateurs européens hésitent encore énormément à s’adresser à des start-up quand il s’agit de leurs finances : seuls 1% d’entre eux préféreraient aller voir une jeune pousse quand ils ont besoin d’un nouveau produit d’investissement (57% iraient voir leur banque principale, 7% une autre banque et 7% un tiers très populaire comme Apple). La proportion est également de 1% pour un nouveau produit de gestion d’argent, un nouveau prêt immobilier ou crédit à la consommation, un produit de paiement comme un compte bancaire et même pour un service de transfert d’argent.

Crédit photo : InvestmentZen