Assurance  >  Dataroom  >  L'assurance auto connectée connaît un développement à plusieurs vitesses en Europe

L'assurance auto connectée connaît un développement à plusieurs vitesses en Europe



L'assurance auto connectée, qui repose sur l'utilisation d'un boîtier ou d'une application analysant l'activité sur la route (nombre de kilomètres parcourus, vitesse moyenne, habitudes de freinage...), connaît un développement à plusieurs vitesses en Europe. Sur ce marché où on observe des positionnements variés (entre pay as you drive et pay how you drive), l'Italie fait la course largement en tête. Le pays compte 4,8 millions de contrats d'assurance connectée, soit un taux de pénétration sur le marché de l'assurance auto en général d'environ 16%, selon Bain & Company. Pour Matteo Carbone, principal, ce succès s’explique par un impact positif sur la bottom line qui profite à la fois au client (en terme de tarif) et au distributeur (en terme de commission), ainsi que par des services à valeur ajoutée pour le conducteur (assistance, alerte…).

Certains acteurs sont particulièrement en pointe. C'est le cas d'UnipolSai qui compte plus d'un tiers de son portefeuille d'assurance auto lié à de la télématique. Au Royaume-Uni, la progression est constante depuis plusieurs années, avec plus de 750 000 polices au dernier décompte (voir graphique). En France, en revanche, le marché en est encore au stade de l'exploration. Allianz France et Direct Assurance (YouDrive) sont les plus avancés. Le 15 mars, Jacques Richier, PDG d'Allianz France, revendiquait 22 000 souscriptions à Allianz Conduite Connectée et une diminution moyenne de la prime d'environ 15%. De plus, l'assureur souligne réaliser sur cette offre 50% d'affaires nouvelles et 50% de transformation/conversion de son portefeuille existant.

Quels sont les principaux bénéfices d'un modèle d'assurance connectée. Bain & Company en retient trois. D'abord, une meilleure sélection du risque. L'association italienne des assureurs (Ania) évoque une fréquence des sinistres ajustée du risque inférieure de 20% à celles des polices traditionnelles. Ensuite, une tarification basée sur le risque, avec des ajustements de prime en fonction du comportement de conduite variant de +10% à -40%. Et donc, une incitation à une conduite plus responsable. Enfin, les données issues de la télématique fournissent aux assureurs des informations sur les accidents, ce qui peut leur permettre de prendre des mesures ayant un impact sur leur taux de sinistralité.

Note : mind Fintech a réalisé en janvier 2017 un dossier complet sur le modèle de l'assurance pay how you drive.

Lire aussi