Entreprises & Marchés  >  Actualités  >  [Dataroom] La Fed de Cleveland rapproche les prêts peer-to-peer des subprimes

[Dataroom] La Fed de Cleveland rapproche les prêts peer-to-peer des subprimes



Dans une note parue le 9 novembre, la Réserve Fédérale de Cleveland estime que “le secteur du prêt peer-to-peer (P2P) peut déstabiliser les finances des consommateurs”.

[Mise à jour du 21 novembre : la Fed de Cleveland a indiqué avoir dépublié son analyse à la suite de plusieurs critiques sur les données sous-jacentes utilisées. Les auteurs révisent le document afin de "clarifier davantage l'échantillon de données".]

Dans ce commentaire économique publié sur son site internet, la banque régionale de la Fed rapproche même ce marché de celui des prêts hypothécaires subprimes d’avant la crise de 2007. Ce rapport - qui se base sur l’étude de 90 000 personnes ayant contracté un prêt P2P aux Etats-Unis entre 2007 et 2012 - conclut que ce type de crédit s’apparente aux “prêts prédateurs”, à l’image des crédits subprimes.

L’étude conteste formellement trois affirmations largement répandues au sujet du crédit peer-to-peer. Selon ses conclusions, les prêts P2P ne sont pas systématiquement utilisés pour refinancer des prêts existants (et ainsi abaisser les charges d’emprunt), ils ne contribuent pas à obtenir un meilleur historique de crédit et ils touchent au contraire des populations avec de faibles revenus et des scores de crédit limités.

De plus, “la performance globale des prêts P2P ressemble de manière frappante à celle du marché des prêts hypothécaires à risque avant la crise des subprimes de 2007”, constate la Fed de Cleveland. En effet, les auteurs du rapport (Yuliya Demyanyk, Elena Loutskina et Daniel Kolliner) soulignent que la performance des prêts se détériore d’année en année.  Pour les crédits contractés en 2013, le taux de défaut atteint 11% au bout d’un an, contre moins de 4% pour les prêts émis en 2006 (10% en 2001 et 20% en 2007 pour les crédits subprimes).

D’après la Réserve Fédérale de Cleveland, la croissance rapide de ce marché portée par l’arrivée d'investisseurs institutionnels - ceux-ci sont devenus les premiers prêteurs - pourrait empirer la situation. “Vu que les prêteurs P2P ne sont ni régulés ni supervisés au regard des lois anti-prédation, le législateur et les régulateurs devraient réviser leur position concernant les plateformes de prêt en ligne”, concluent les auteurs.

Taux de défaut des prêts par année d’origination

Dataroom - Crédit P2P

Graphique paru dans le “commentaire économique” n° 2017-18 de la Fed de Cleveland paru le 9 novembre 2017.