Services aux particuliers  >  Dossiers  >  Robotic Process Automation : les clés pour structurer et déployer un projet

Robotic Process Automation : les clés pour structurer et déployer un projet



Amélioration de l'efficacité opérationnelle et réduction des coûts favorisent les solutions de robotic process automation (RPA) dans les services financiers. Dans un dossier comportant un tableau synthétique, mind Fintech se penche sur les tendances actuelles de ce marché et sur les principaux fournisseurs présents.

 

1. À quoi sert la RPA ?

Même si le terme de “robot” peut semer la confusion, la "robotic process automation" (RPA) recouvre des entités logicielles qui permettent d’exécuter des scripts pré-automatisés afin de libérer le gestionnaire de tâches rébarbatives et répétitives. Mais bien au-delà d’une seule automatisation des processus, la RPA repose sur le principe d’orchestration. Une "control room" permet de piloter les assistants automatisés disponibles et de leur assigner différents scripts de manière continue. "En alliant l’extraction et la collecte de données automatisées à la robotisation des process, on est capable d'optimiser une grande partie des processus bancaires", résume Alain de Cossé Brissac, responsable des ventes RPA pour l’éditeur Kofax.

La RPA est divisée aujourd’hui en deux grandes familles de solutions. L’entité logicielle peut être déployée sur un serveur et fonctionner de manière autonome. On parle alors de RPA unattended. Un positionnement particulièrement adapté aux traitements de type back-office et dont le britannique Blue Prism est un spécialiste. L’alternative, la RPA attended (on parle auss

[1689 mots]
Vous avez déjà un compte ?
Connectez-vous
Créez un compte

Inscrivez-vous et bénéficiez d'une offre de découverte gratuite de 15 jours de mind Fintech

Créez un compte
Abonnez-vous

Souscrivez à une licence pour accéder à l'intégralité des contenus et supports mind Fintech

Abonnez-vous