Dataroom  >  Actualités  >  La RPA figure parmi les branches de l’IA les plus utilisées dans la finance

La RPA figure parmi les branches de l’IA les plus utilisées dans la finance



Près de la moitié des institutions sondées par l’Efma et EdgeVerve Systems indiquent toutefois n’avoir encore aucun projet de déploiement futur.


Les solutions de robotic process automation (RPA) font partie des solutions d’intelligence artificielle les plus développées et avancées dans l’univers bancaire, révèle la neuvième édition de l’étude “Innovation in Retail Banking” menée en juillet 2017 par l’ Efma et EdgeVerve Systems auprès de plus de 400 collaborateurs d’institutions financières dans le monde et dévoilée ce 8 novembre. Les logiciels de RPA commencent bel et bien à être utilisés pour automatiser des tâches répétitives (lire notre dossier : “Robotic Process Automation : les clés pour structurer et déployer un projet”).

Cependant, il s’agit encore majoritairement de projets aux premiers stades de développement et les institutions tentent de répondre aux questions posées par l’utilisation de la RPA : sécurité des données, impact organisationnel et social, définition des cas d’usage et retour sur investissement (Xavier Muller, directeur services financiers chez Deloitte, assurait par exemple en mars à mind Fintech observer des gains de productivité, en termes de vitesse d’exécution, de 15 à 60% sur les solutions de RPA).

Selon l’étude de l’Efma, 19% des institutions financières dans le monde ont commencé à explorer des cas d’usages de la RPA et 12% ont déjà déployé quelques solutions sur certains process. Seules 1% en ont déjà déployé pour “un nombre important” de process. 18% des organisations ont inscrit la RPA sur leur roadmap mais 51% n’ont encore aucun projet de déploiement futur.

Par comparaison, le déploiement de solutions de chatbots basées sur l’IA est bien moins avancé dans les institutions financières. Le sujet intéresse, mais les développements sont encore embryonnaires. 30% des répondants déclarent que leur organisation n’a aucun projet sur le sujet et 46% l’ont seulement inscrit dans leur roadmap. 21% en ont déployé une de manière partielle (dont 2% ne sont pas satisfaits de la solution, 9% sont satisfaits et 10% n’ont pas encore évalué les résultats), et seuls 2% l’ont déployé complètement (dont 1% sont satisfaits et 1% n’ont pas encore évalué les résultats).

Parmi les quelques 400 collaborateurs d’institutions financières interrogés, 36% sont issus de banques nationales ou internationales (plus de 10 milliards de dollars d’actifs), 21% de petites banques locales et 20% de coopératives de crédit. 45% travaillent aux Etats-Unis, 13% en Europe occidentale, 9% en Asie, 8% au Canada, 4% en Europe de l’est, 4% au Moyen-Orient, 4% en Afrique, 4% en Amérique du sud et centrale 3% en Australie et Nouvelle-Zélande et 2% au Royaume-Uni.