Dataroom  >  Actualités  >  Des gouvernements pionniers mettront en production la blockchain dès 2017

Des gouvernements pionniers mettront en production la blockchain dès 2017



Selon une étude menée par IBM auprès de 200 responsables gouvernementaux dans 16 pays, 9 institutions gouvernementales sur 10 vont investir dans la blockchain d’ici à 2018. Surtout,14% de pionniers misent sur une large mise en production dès 2017, afin de réduire les coûts, les risques et gagner du temps dans divers domaines : conformité, gestion des contrats, gestion de l’identité, services aux citoyens, systèmes de vote…

L’Asie pacifique et l’Europe occidentale ouvrent la voie, tandis que l’Amérique du nord est à la traîne, “peut-être à cause de la difficulté de coordonner les applications blockchain avec les juridictions fédérales et étatiques des Etats-Unis”, souligne IBM. La blockchain est notamment vue par les gouvernements comme un moyen de favoriser un système ouvert de gouvernement, plus transparent, décentralisé et doté d’écosystèmes de services auto-régulés.

Les institutions gouvernementales espèrent aussi faire de la blockchain un outil pour réduire des freins : l’information imparfaite (prise de décision limitée par des informations fausses ou incomplètes), tout d’abord, puis la réglementation restrictive (réglementations gouvernementales et/ou de l'industrie qui réduisent l'efficacité des process business), l’inertie institutionnelle (legacy systems et bureaucratie ralentissent la capacité à innover et s'adapter) et les menaces invisibles (risques de disruption par de nouveaux concurrents ou business models difficiles à anticiper). (Voir graphique)

Mais 6 institutions sur 10 estiment que les contraintes réglementaires sont le plus grand frein à l’avènement de la technologie blockchain. Parmi les autres obstacles évoquées : l’immaturité de la technologie (55% des sondés), le manque de soutien de la direction (50%), le manque d’expertise (49%), le manque de ROI clair (48%) et enfin un business case insuffisant (38%).