Entreprises & Marchés  >  Entretiens  >  Frédéric Dalibard (Natixis) : "nous aimerions que la BCE teste l’émission d’une monnaie-fiat sur la blockchain”

Frédéric Dalibard (Natixis) : "nous aimerions que la BCE teste l’émission d’une monnaie-fiat sur la blockchain”



Frédéric Dalibard, en charge des relations avec le consortium R3 pour Natixis, décrit l’écosystème en train de se mettre en place autour de la blockchain dans le secteur financier. Selon lui, des implémentations sous un format privé ou semi-privé et sur la base de protocoles à vocation industrielle comme Corda ou Hyperledger Fabric prendront l’ascendant sur les alternatives publiques ou privées. Des acteurs historiques comme Visa ou Swift ou de nouveaux acteurs géreront l’infrastructure et des éditeurs financiers produiront les applications métiers.


Quelles ressources attribue Natixis aux travaux du consortium R3 et comment travaillez-vous ?

Une petite équipe dédiée assure un rôle de gestion de projets et de coordination puis nous mobilisons des experts métiers et techniques sur chacun des sujets. On s’appuie au maximum sur nos ressources pour former en interne. L’organisation de R3 repose sur des “calls” réguliers et sur une “wiki”, une base collaborative composée de différentes sections auxquelles tous les membres contribuent. Pour mener à bien les projets, comme sur le trade finance, avec développement de contrats intelligents, certaines banques se portent volontaires en fonction de leur appétence pour tel ou tel sujet et contribuent sur les streams business ou techniques, voire les deux...

R3 a créé une technologie de registre distribué, Corda, tout en testant en parallèle d’autres protocoles comme

[1249 mots]
Vous avez déjà un compte ?
Connectez-vous
Créez un compte

Inscrivez-vous et bénéficiez d'une offre de découverte gratuite de 15 jours de mind Fintech

Créez un compte
Abonnez-vous

Souscrivez à une licence pour accéder à l'intégralité des contenus et supports mind Fintech

Abonnez-vous