TEST 15 JOURS

Comment namR aide les assureurs de la MRH grâce aux données contextuelles géolocalisées

namR s’appuie sur des données ouvertes pour répliquer le territoire numériquement et collecter des informations sur tous les bâtiments en France. De la simplification du parcours client au calcul du risque climatique d’un portefeuille immobilier, la start-up entend ainsi apporter des réponses aux acteurs bancaires et assurantiels. Elle revendique 4 clients assureurs sur le segment de la MRH, soit 21 % du marché français.

Par Caroline Soutarson. Publié le 19 janvier 2022 à 15h52 - Mis à jour le 20 janvier 2022 à 9h43
Schéma namR

Créée en 2017 par Grégory Labrousse, namR est une plateforme de Data-as-a-Service qui s’adresse à l’ensemble de l’écosystème du bâtiment et du territoire (financeurs, bâtisseurs, promoteurs…).

Décrire le territoire

“namR, c’est pour name reality”, précise à mind Fintech Chloé Clair, directrice générale de namR depuis février 2021. Et en effet, développé, le nom correspond tout à fait à l’activité de la start-up qui s’attache à décrire le territoire. Ce sont ainsi 36 millions de bâtiments et 88 millions de parcelles en France qui sont répertoriés par la start-up et qualifiés selon 250 attributs, allant de la météo aux matériaux de toiture, en passant par le type de sol et le nombre de bâtiments mitoyens (voir visuel).

Source : namR

En plus d’être actualisés en continu, les attributs sont amenés à s’étoffer. Pour le secteur de l’assurance, “beaucoup de dégâts des eaux proviennent d’infiltrations dans la toiture, et principalement lorsqu’il y a des velux ou des objets sur le toit parce qu’il y a une mauvaise étanchéité. Nous avons donc fait en sorte de reconnaître tous les objets sur les toits [grâce à de la computer vision, ndlr]. Et ces objets, par la suite, trouvent un nouveau cas d’usage dans notre solution “Know Your Building” [pour les gestionnaires de parc immobilier, collectivités, entreprises du BTP, etc., ndlr] afin de calculer le potentiel solaire d’un toit, c’est-à-dire de pouvoir calepiner des panneaux solaires sur un toit alors qu’il y a des velux, des cheminées, etc.”, explique la directrice générale. L’entreprise s’adressant aussi bien aux collectivités territoriales qu’aux opérateurs télécom,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Finance Verte

Comment Carbon 4 Finance calcule les impacts environnementaux des portefeuilles d’investissement

Inondation

L'assurance paramétrique, une nouvelle approche du risque via la donnée