TEST 15 JOURS

L’assurance, terre de conquête numérique pour les BATX

mind Fintech poursuit son exploration du sillon creusé par les géants asiatiques du numérique dans les services financiers. L’assurance, un marché encore en pleine croissance en Chine continentale, constitue un levier de développement important pour les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi).

Par Mathilde Saliou. Publié le 24 juin 2020 à 12h46 - Mis à jour le 19 janvier 2021 à 13h10

Après avoir lancé sa plateforme d’e-commerce TaoBao, puis équipé les consommateurs et les commerçants du système de paiement Alipay (lire notre dossier Comment les BATX ont pris d’assaut les services financiers en Chine), Alibaba a dû résoudre un dernier problème pour rendre la transaction parfaitement fluide : la garantie des frais de retour. Sur TaoBao, le coût du renvoi d’un produit, historiquement à la charge du vendeur, est élevé. Et si la satisfaction n’est pas au rendez-vous, le cumul des frais pèse vite sur la rentabilité du marchand. Alibaba décide donc de s’associer à son grand concurrent numérique Tencent et à Ping An, un jeune assureur chinois (fondé en 1988) appétent aux nouvelles technologies. À eux trois, ils fondent la première assurance numérique de Chine, Zhong An, en 2013. Et le premier service offert constitue la pierre manquante à l’édifice d’une expérience d’e-commerce sans couture : Zhonglebao, une assurance sur les frais de retour. 

Le service s’inscrit parfaitement dans le coeur d’activité d’Alibaba, l’e-commerce. Mais il est aussi un moyen redoutable, pour le géant technologique, de mettre un pied dans le monde de l’assurance. “Le secteur est encore assez récent en Chine, explique Elsa Hu, directrice exécutive de GP Bullhound à Hong Kong. Théoriquement, si vous êtes un commerçant ou un client peu actif, vous n’en prendrez pas si vous n’avez pas les économies qui vous permettent de le faire.” Sauf qu’avec Zhonglebao,“soudainement, si vous souscriviez à une assurance à très bas prix, Alibaba couvrait le retour des colis refusés. Comme le service répondait à un vrai besoin, il a tout de suite assez bien fonctionné.” Zhong An a conçu une assurance précise et efficace, à laquelle il est très simple de souscrire via un ordinateur ou un smartphone, le tout pour un montant allant de 0,15 à 9,9 yuans (de 0,02 à 1,25 euros). Cela lui a permis de rapidement afficher des ventes impressionnantes, comme celle de 600 millions de polices de couverture des frais de retour le 11 novembre 2016, jour de la fête des célibataires en Chine.

Depuis la création de cette joint-venture, mind Fintech a dénombré une vingtaine d’initiatives de Baidu, Alibaba / Ant Financial,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Comment les BATX ont pris d’assaut les services financiers en Chine 

Comment les BATX concrétisent leur volonté d’expansion internationale 

Comment les BATX internationalisent leurs services fintech

Les “super-apps” chinoises, des écosystèmes financiers à part entière

Xiaomi lance sa propre mutuelle santé en ligne