TEST 15 JOURS

Yohan Trépanier Montpetit (Flare Systems) : “Nous aidons les équipes de cybersécurité et de lutte contre la fraude à communiquer plus efficacement”

À l’occasion du Fin&tech Summit qui s’est tenu à Bordeaux les 8 et 9 octobre, mind Fintech a rencontré Yohan Trépanier Montpetit, co-fondateur et de VP développement de produit de Flare Systems, start-up canadienne spécialisée dans l’écoute du darkweb et la remontée d’informations critiques. Ce 17 octobre, Flare Systems annonce une levée de fonds d’un million de dollars canadiens auprès des fonds Luge Capital et WhiteStar Capital.

Par Mathilde Saliou. Publié le 15 octobre 2019 à 16h15 - Mis à jour le 01 décembre 2020 à 10h41

Quelle solution propose Flare Systems et à qui s’adresse-t-elle ? 

Nous observons l’activité sur les réseaux illicites que l’on peut trouver sur le darkweb pour aider les équipes de lutte contre la fraude, le blanchiment d’argent, et les équipes de cybersécurité à prévenir les crimes financiers. Notre but est d’avoir une vision sur toute la “chaîne de valeur” de ces crimes, de la cyberattaque à la fraude puis au blanchiment, l’un pouvant alimenter l’autre. Il s’agit ensuite d’utiliser nos algorithmes pour trier, hiérarchiser et restituer ces informations, puis de les communiquer aux institutions financières, avec une priorisation des menaces. 

Pourquoi la société s’est-elle spécialisée dans l’offre de services aux institutions financières ? …

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Cybersécurité : les sites de 96 des 100 plus grandes banques mondiales présentent au moins une faiblesse

Les e-mails frauduleux prennent du poids dans les dossiers de cyber-assurance

La couverture des entreprises contre le cyber-risque progresse, selon Marsh et Microsoft