TEST 15 JOURS

Big Tech : l’irruption des géants numériques dans le secteur financier

Depuis le début des années 2000, les grands acteurs numériques de la planète développent leurs propres services, produits et outils financiers. Les années 2014 et 2015 ont marqué un tournant dans l’intérêt accordé par les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) comme par les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi) à cette branche de leurs activités. De quelle manière, les géants technologiques (Big Tech) entrent-ils sur le marché des services financiers ? Quelles sont leurs capacités de transformation et d’innovation ? Contre quels freins doivent-ils lutter ? La rédaction de mind Fintech vous apporte toutes les ressources nécessaires pour décrypter les initiatives des géants numériques. 

Par Mathilde Saliou. Publié le 19 août 2020 à 15h48 - Mis à jour le 07 décembre 2020 à 12h13
Synthèse

LE CONTEXTE

Aux  Etats-Unis comme en Chine, les plus grandes sociétés technologiques s’intéressent de longue date au segment du paiement. Alibaba a lancé la toute première version d’Alipay en 2004, Google celle de Google Checkout, son futur wallet, en 2006, et Amazon celle d’Amazon WebPay en 2007. Objectifs : lisser l’expérience client, garder le consommateur captif et amasser des données supplémentaires sur ses usages. Au fil des ans, les activités des géants numériques se sont étendues : Alphabet, comme Tencent, se penchent plus que leurs concurrents sur les sujets d’assurance ; Microsoft et Baidu se démarquent par leurs investissements dans la cybersécurité, l’analyse et la gestion de données ou encore la blockchain. Facebook, de son côté, se spécialise dans l’usage de technologies de registres distribués.

Big tech financeL’activité des big tech dans la finance

Tous ces acteurs participent à développer les technologies de rupture qui transforment déjà des pans entiers de l’économie et de la société. Les BATX, les GAFAM et les autres grands acteurs du numérique appliquent aussi ces nouveaux outils au domaine financier, lui permettant de tirer meilleur parti de ces données, d’en accumuler de nouvelles, de rationaliser les processus… L’une de leurs forces réside précisément dans les données qu’ils collectent  et dans leur capacité à les manipuler pour élaborer de nouveaux services, toujours plus proches des besoins de la clientèle. Leur principale vulnérabilité, plus criante en Europe et aux Etats-Unis qu’en Asie, réside dans la défiance qu’ils peuvent susciter, en particulier en matière de protection de la vie privée. Si, en face, les acteurs bancaires jouissent toujours d’un statut de tiers de confiance,…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires