TEST 15 JOURS

COVID-19 : les conséquences sur le terrain des fintech et des services financiers

Partie de Chine, la pandémie de coronavirus a touché l'Hexagone fin janvier 2020. Septième foyer de contagion du COVID-19, la France a imposé un confinement destiné à ralentir la propagation du virus. Quels sont les impacts sur les acteurs des services financiers ? Quelles sont les mesures de soutien mises en place pour les entreprises ? Comment préparer l'après-crise ? La rédaction de mind Fintech vous offre toutes les ressources nécessaires pour comprendre cette situation exceptionnelle et anticiper les mouvements à venir. 

Par Antoine Duroyon. Publié le 20 mars 2020 à 11h54 - Mis à jour le 19 janvier 2021 à 18h23
Synthèse

LE CONTEXTE 

Un nouveau coronavirus nommé SARS-CoV-2 a émergé en janvier 2020 à Wuhan (Chine) avant de s’étendre au reste du monde. Le confinement décrété pour ralentir le rythme de propagation du coronavirus, une mesure inédite en France, a créé d’importants bouleversements dans la vie quotidienne des Français : mise en place du télétravail, fermeture des commerces et services non essentiels, recours au chômage partiel… L’économie française va se retrouver durablement affecté par cette crise sanitaire.

Tous les acteurs du secteur financier sont touchés : 

Les grands réseaux bancaires ont lutté sur deux fronts simultanément : l’organisation des agences et du service client à distance et la mise en place de processus pour satisfaire les demandes de prêts de trésorerie garantis par l’Etat. 

Les start-up de la fintech ont basculé en mode gestion de crise : télétravail généralisé, mise en place du chômage partiel, communication avec les clients et les investisseurs. Les segments les plus exposés concernent les modèles BtoB, notamment les services aux TPE et PME, la gestion d’actifs, etc. 

LES ENJEUX

La sauvegarde du tissu économique

– Les banques sont mobilisées pour soutenir la trésorerie des acteurs économiques les plus fragiles. L’Etat met en oeuvre un programme de 300 milliards d’euros de garanties pour des prêts aux entreprises. Comment les réseaux bancaires réalisent-ils cette mission ?
 

– Les start-up bénéficient de mesures spécifiques. Bpifrance gère notamment une enveloppe de 80 millions d’euros financée par le Programme d’investissements d’avenir (PIA) afin de financer des bridges entre deux levées de fonds.
 

– Les assureurs abondent à hauteur de 400 millions d’euros le fonds de solidarité mis en place par l’Etat pour secourir les TPE et indépendants. Leur implication est jugée insuffisante par les pouvoirs publics. L’Etat leur demande de réfléchir à un régime d’indemnisation des pandémies.
 

La santé des acteurs fintech

– Selon plusieurs VC interrogés par mind Fintech, les fintech ciblant les TPE et PME, comme les plateformes de prêts ou d’affacturage, ou de paiement pour les PME, risquent de connaître des difficultés. Les robo-advisors et autres fintech qui dégagent des revenus sur les transactions semblent aussi menacés. A contrario, les sociétés positionnées sur la sécurité financière ou la cybersécurité dans la finance pourraient tirer leur épingle du jeu.…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires