TEST 15 JOURS

Les néo-courtiers démocratisent l’investissement

Depuis le lancement de Robinhood en 2015 aux États-Unis, le trading en ligne a connu une migration progressive vers le mobile. Et au-delà d’un changement de device, c’est le modèle du courtage qui a été repensé, notamment concernant ses tarifs et sa clientèle cible – les millennials. Qui sont les pure players mobile ? Pourquoi sont-ils arrivés sur le marché ? Quels sont leurs business models ? mind Fintech réunit dans cet Essentiel tous les éléments nécessaires pour comprendre cette mutation de l’investissement pour les particuliers.
Par Caroline Soutarson. Publié le 18 août 2021 à 12h04 - Mis à jour le 29 octobre 2021 à 17h25
Synthèse

Le contexte

En 2013, Vlad Tenev et Baiju Bhatt ont cofondé Robinhood, une application de trading. Au-delà de la migration de l’investissement boursier vers le smartphone, Robinhood s’est démarqué des banques traditionnelles et des courtiers en ligne sur les tarifs annoncés. Les cofondateurs ont constaté que les frais acquittés par les investisseurs institutionnels ne représentaient qu’une petite fraction de ceux réglés par les particuliers. C’est pourquoi Robinhood a introduit un modèle de trading sans commission, dans le but de “démocratiser la finance pour tous”

“Sans commission” ne veut pas nécessairement dire sans frais et ne veut surtout pas dire “sans condition”. Mais la formule est attractive et a d’ailleurs été reprise par les acteurs qui se sont lancés à la suite de la fintech, comme Public.com ou Webull aux Etats-Unis. Par ailleurs, Robinhood a rencontré un tel succès que les courtiers en ligne traditionnels ont dû s’aligner sur le “sans commission”. Ce changement de business model généralisé a mené à une consolidation du marché matérialisée par le rachat de TD Ameritrade par Charles Schwab en novembre 2019 et l’acquisition d’E*Trade par Morgan Stanley annoncée trois mois plus tard. 

Sur le Vieux continent, on retrouve l’allemand Trade Republic, qui propose des ordres à 1 euro et de l’investissement programmé sans frais, le britannique Freetrade qui, derrière son offre gratuite propose un abonnement à 9,99 livres par mois, ou encore le néeerlandais BUX qui permet des ordres gratuits à condition qu’ils soient exécutés durant la dernière heure de la séance boursière. De la même manière, les nouveaux entrants ont amené certains courtiers en ligne à proposer des offres sans commission tels qu’eToro, Trading 212 ou De Giro.

Les applications de trading bénéficient d’un contexte économique de taux bas qui peut pousser les particuliers à se diriger vers des produits financiers risqués.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires