TEST 15 JOURS

Affactureurs et recouvreurs de créances, premiers témoins des difficultés des TPE-PME

Confrontées au recouvrement de créances BtoB, les fintech spécialisées dans l’affacturage s’inquiètent de la probable asphyxie des plus petites sociétés du tissu économique français. Elles demandent au gouvernement de pouvoir bénéficier du mécanisme de garanties, afin d'aider à soutenir des trésoreries déjà durement touchées par la crise.

Par . Publié le 31 mars 2020 à 12h01 - Mis à jour le 31 mars 2020 à 12h01

“C’est simple : en 15 jours, nous avons enregistré une multiplication par quatre de l’activité sur notre plateforme et nous avons constaté en parallèle un effondrement des paiements, commente Alexandre Bardin, fondateur et directeur général de Rubypayeur, fintech spécialisée dans le recouvrement de créances BtoB. C’est humain : les sociétés veulent rapatrier la trésorerie qu’elles ont dehors pour se sécuriser, mais aussi parce qu’elles ont peur que leurs clients soient défaillants.” 

La fintech se targue d’avoir un très bon taux de recouvrement amiable grâce à un système d’annuaire où sont inscrits les bons et les mauvais payeurs. Elle parvient ainsi à un taux moyen de 80% de recouvrements amiables, selon son dirigeant. Y compris dans les secteurs où la solution est performante, …

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Coronavirus : les plateformes de prêts pour PME réagissent face à la crise

Le gouvernement dévoile des mesures de soutien propres aux start-up