TEST 15 JOURS

Comment BPCE recourt à Yseop pour automatiser la création de ses dossiers de crédit aux entreprises

Le groupe BPCE recourt depuis début 2021 à la plateforme Yseop, qui analyse des bases de données chiffrées pour produire automatiquement des rapports écrits en langage naturel. Plusieurs cas d’usage sont en cours de déploiement, parmi lesquels la production des dossiers de demande de financement des TPE et PME. Yseop et BPCE reviennent sur leur collaboration.

Par Aude Fredouelle. Publié le 07 décembre 2021 à 16h19 - Mis à jour le 08 décembre 2021 à 14h18

Yseop, créée en 2007, propose une plateforme permettant “d’automatiser la création de rapports en faisant parler des bases de données chiffrées et structurées et en les retranscrivant dans un langage écrit”, explique Pierre-Louis Durel, vice-président applications. En 2017, la société a entamé un pivot pour proposer une plateforme SaaS clé en main pouvant être maniée facilement par les équipes de ses clients (voir encadré). Parmi les acteurs séduits par cette nouvelle formule : le groupe BPCE, et plus particulièrement sa direction financière. 

“Dans le cadre de notre démarche d’innovation, nous souhaitions tester des outils pour divers cas d’usage, sur des segments sur lesquels nous n’étions pas encore assez expérimentés, et la NLG (natural language generation) en faisait partie, se souvient Vincent Schricke, responsable data de l’équipe finance et risque. Nous avons rencontré Yseop dans ce cadre.”

Yseop : un pivot vers une plateforme SaaS no code

Yseop a franchi une étape majeure en 2017 en entamant un pivot vers sa nouvelle plateforme SaaS, baptisée Yseop augmented analyst. “Nous avons levé des fonds pour la première fois, et ils nous ont permis d’investir massivement sur le produit [auparavant, la société était auto-financée, ndlr], raconte Pierre-Louis Durel. L’objectif était de démocratiser l’accès au produit et l’usage de la NLG et la production automatique de rapports en proposant une plateforme SaaS, verticalisée et clé en main pour automatiser la création de rapports en “no code”, en quelques jours, sans avoir besoin de développements.”

Auparavant, la plateforme on-premise nécessitait “un build assez important” avec des coûts associés représentant un frein.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind