TEST 15 JOURS

Comment l’épargne salariale se renouvelle-t-elle ?

Les acteurs emblématiques et historiques de l’épargne salariale sont, depuis quelques années, défiés sur certains segments par de nouveaux entrants. L’épargne salariale a ainsi connu des transformations, tant technologiques que stratégiques, tout en passant par de l’accompagnement humain.

Par Caroline Soutarson. Publié le 13 juillet 2021 à 18h56 - Mis à jour le 21 juillet 2021 à 14h39
Epargne Salariale

Cet article a été modifié le 21 juillet 2021 à la suite de précisions apportées par Natixis Interépargne.

Fin 2020, 341 000 entreprises étaient équipées de dispositifs d’épargne salariale (+4 % par rapport à 2019), soit 11,2 millions de salariés bénéficiaires, selon l’Association française de gestion financière (AFG). Les encours d’épargne salariale s’élevaient à 147 milliards d’euros (+1,5 %), dont 22,5 milliards d’euros d’épargne retraite. 

Les dispositifs d’épargne entreprise, qui entendent à la fois associer les salariés aux résultats de l’entreprises, les fidéliser, ainsi qu’attirer de nouveaux talents tout en bénéficiant d’avantages fiscaux, sont soutenus par l’Etat. Dernières législations venues inciter les entreprises à mettre en place les mécanismes de participation, d’intéressement ou encore d’abondement, la loi Pacte (à partir de 2016) et, plus récemment, la loi d’accélération et de simplification de l’action publique (ASAP), qui ciblent les PME, et notamment les entreprises de moins de 50 salariés.

C’est dans ce cadre que se sont lancés plusieurs nouveaux acteurs sur le segment de l’épargne salariale pour les TPE/PME depuis 2017, tels qu’Epsor, courtier en épargne salariale qui a réalisé une levée de fonds de 20 millions d’euros en mai 2021, Filib, qui s’est spécialisé dans la téléconsultation financière, ou encore Go ! Epargne entreprise, dernier lancé (2018), né d’un partenariat avec AXA Epargne entreprise.

Financement des nouveaux entrants

Filib, cofondée par l’ancien directeur général d’Aviva, Nicolas Schimel, a réalisé un tour d’amorçage de 500 000 euros en septembre 2019 auprès d’investisseurs privés. La même année, Go ! Epargne entreprise a levé 1,2 million d’euros auprès de ses investisseurs historiques, le Groupe Henner et Cedrus & Partners. 

Quant à Epsor, la société a réalisé un premier tour de table de 1,3 million d’euros en novembre 2018 auprès de Partech et de business angels. Elle a ensuite levé 6 millions d’euros en juillet 2019, dans un tour mené par BlackFin Tech, avant de réaliser un troisième cycle de financement en mai 2021 à hauteur de 20 millions d’euros. Gaia Capital Partners a mené ce tour de financement, accompagné du fonds anglais Augmentum Fintech et de ses investisseurs historiques Partech et BlackFin Tech.

Une transformation du secteur entamée il y a 4 ans

En plus de la législation, les nouveaux entrants expliquent leur arrivée par l’inertie du marché de l’épargne salariale. Pour Benoit Magnier, CEO de Go ! Epargne entreprise, le marché de l’épargne salariale est cartellisé par quatre acteurs qui possèdent plus des trois quarts du marché (Crédit Agricole, Natixis Interépargne, Crédit Mutuel et Société Générale). Côté Epsor, Benjamin Pedrini parle d’ “oligopole” dont les groupes bancaires traditionnels sont à la tête,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Epsor

Epsor lève 20 millions d’euros pour s’attaquer aux grandes entreprises

Amundi

Amundi veut accélérer dans les services technologiques

Benjamin Pedrini
Entretien

Benjamin Pedrini (Epsor) : "Nous travaillons beaucoup sur l'ISR"

Natixis Interépargne lance un agrégateur d’épargne salariale et retraite

Yomoni a épaulé Generali pour sa nouvelle offre d'épargne salariale

BlackFin Tech soutient le développement d'Epsor

Natixis Interépargne lance un service de conseil automatisé avec Fundvisory

Amundi lance une plateforme pour l’épargne salariale

Epargne salariale : Epsor se finance auprès de Partech

Yomoni a dépassé les 100 millions d'euros d'encours sous gestion