TEST 15 JOURS

Le néo-courtier Public.com change son business model

Face aux controverses auxquelles se heurtent les plateformes de trading sans commission à propos de possibles conflits d’intérêt avec les utilisateurs, l’une d’entre elles, l’américaine Public.com, a décidé de ne plus recourir aux paiements pour flux d’ordre.

Par Caroline Soutarson. Publié le 24 février 2021 à 15h29 - Mis à jour le 19 août 2021 à 9h40

Fin janvier, le trading sans commission, mené par le néo-broker américain Robinhood, a fait parler de lui. En cause, la volatilité de certaines actions (GameStop, AMC, Nokia, BlackBerry…) sur les marchés financiers due à un affrontement entre hedge funds et investisseurs individuels (lire notre article sur le sujet). Mais au-delà d’une bataille idéologique sur la vente à découvert, cet épisode a également mis en lumière la place des acteurs dans le secteur du trading sans commission et fait ressurgir des interrogations quant à leur impartialité vis-à-vis des usagers de leurs plateformes.

La pratique controversée du payment for order flow

En proposant aux investisseurs individuels d’effectuer des transactions sans payer de commission, les néo-courtiers ont attiré des clients par millions… mais ils ont par conséquent dû revoir la répartition des recettes du business model traditionnel du courtage en placements financiers.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Public.com

Tiger Global investit chez deux rivaux : Robinhood et Public.com

Trading

Robinhood, dommage collatéral dans l’affaire GameStop

Robinhood lève 3,4 milliards de dollars en moins d’une semaine

Robinhood s'explique sur des restrictions à l'achat

Comment les "néo-courtiers" se mettent en ordre de bataille