TEST 15 JOURS

Quand les robo-advisors se mettent au service des conseillers financiers

Les algorithmes de gestion automatisée de portefeuilles se développent rapidement. Dès 2010, la France a ainsi vu des acteurs se positionner en marque propre sur une offre de gestion automatisée dans une perspective BtoC. Les robo-advisors se développent à présent très largement via des approches BtoB et BtoBtoC, en réponse aux demandes des acteurs traditionnels de la banque, de l’assurance et de la gestion d’actifs. Ceux-ci se placent aux côtés de fintech à même de leur proposer des solutions sur mesure et adaptées à leurs plateformes ou systèmes existants.

Par Chloé Consigny. Publié le 24 novembre 2017 à 9h32 - Mis à jour le 29 janvier 2021 à 17h28

En France, les acteurs de la gestion sous mandat ou déléguée utilisant les robo-advisors pour des offres à destination du grand public se sont multipliés au début des années 2010. C’est ainsi à cette période que le marché de l’épargne a vu naître des acteurs tels que Yomoni, ou encore WeSave. Quelques années plus tard, ces acteurs continuent d’opérer mais peinent à atteindre la rentabilité.

Conquérir des clients en direct coûte très cher. En effet, pour un acteur qui opère en BtoC, le coût d’acquisition s’établit entre 200 et 500 euros. Ce coût d’acquisition élevé est sans conteste l’une des raisons qui explique qu’aujourd’hui les offres de robo-advisor se concentrent sur une clientèle BtoB et BtoBtoC, explique Maximilien Nayaradou, directeur des projets R&D au sein du pôle Finance Innovation.

Une analyse confirmée par le cabinet de conseil Chappuis Halder & Co qui, dans une étude livrée en juillet 2016 et intitulée “Robo-Advisors : une nouvelle réalité dans la gestion d’actifs et de patrimoine”, détaille : “nous observons aujourd’hui un virage effectué par les robo-advisors BtoC, s’orientant de plus en plus vers le modèle BtoBtoC afin d’acquérir du volume et ainsi d’accélérer leur développement”.

C’est ainsi qu’après avoir lancé le contrat d’assurance-vie Ma Sentinelle Vie, la fintech Advize a mis en place une offre à destination des CGP (conseillers en gestion de patrimoine) en marque grise.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind