TEST 15 JOURS

Didier Lallemand : “La mobilité, la RBF et le BNPL sont au coeur des priorités de Société Générale Ventures”

Société Générale Ventures compte une trentaine de participations minoritaires et majoritaires, parmi lesquelles Treezor, Shine, Fintecture, Moonshot Insurance ou encore les consortia komgo et we.trade. L’équipe de corporate venture cherche à systématiser, dans tous les métiers du groupe Société Générale, le recours à des prises de participation dans des fintech, obligatoirement accompagnées de synergies commerciales. Son managing director Didier Lallemand dresse le bilan des participations passées et expose la stratégie de la structure d’investissement pour mind Fintech.

Par Aude Fredouelle. Publié le 05 octobre 2021 à 11h16 - Mis à jour le 05 octobre 2021 à 11h48

Pouvez-vous nous rappeler la genèse de Société Générale Ventures ?

Société Générale Ventures a été créé fin 2018 et rattaché à la direction innovation du groupe. Nous l’avons structuré comme un fonds de corporate VC avec une entité juridique et une holding financière, avec la capacité de pouvoir investir et porter les investissements à travers toutes les filiales du groupe. Cela nous permet d’investir via les entités les mieux positionnées. Par exemple, pour l’investissement réalisé en République Tchèque dans Lemonero, il était plus efficace d’investir à partir de notre banque en République Tchèque qui noue par ailleurs des relations commerciales avec la start-up. Nous nouons d’ailleurs quasi-systématiquement des partenariats en parallèle des prises de participation. 

Par qui étaient portés les investissements auparavant ?

Ils étaient identifiés et portés par nos métiers. Le problème, c’est que si certains métiers avec des collaborateurs sachant manier ce levier réalisaient des prises de participation, d’autres restaient à l’écart. Le rôle de Société Générale Ventures est justement de fédérer, accompagner les métiers et normer la manière de qualifier les dossiers. Aujourd’hui, nous travaillons donc de façon étroite avec les métiers de la banque.

Combien avez-vous investi depuis la création ? Quelle est votre enveloppe ?

Nous avons, à date, investi plus de 230 millions d’euros, et ce depuis 2015 puisque certains investissements ont été réalisés avant la création de Société Générale Ventures. Nous n’avons pas de perspectives sur des enveloppes à venir parce que nous opérons à la fois des participations minoritaires et majoritaires, ce qui peut significativement modifier la taille du portefeuille – comme le rachat de Shine par exemple. 

Nous avons donc sécurisé une poche de financement pour suivre le portefeuille existant sur ses tours de table dans les deux ou trois années à venir,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind