TEST 15 JOURS

Agrégation : comment se positionnent les trois acteurs français actifs sur le marché BtoB ?

L’entrée en vigueur de la DSP2 et l’obtention des premiers agréments dynamisent le marché BtoB de l’agrégation. mind Fintech s’est penché sur les modèles et les spécificités des trois principaux acteurs présents dans l’Hexagone : Bankin’, Linxo et Budget Insight. Qualité des connecteurs et services additionnels de valorisation des données constituent des points de différenciation entre les offres.

Par Aude Fredouelle. Publié le 24 avril 2018 à 10h23 - Mis à jour le 24 avril 2018 à 10h23

Les trois acteurs historiques qui se partagent le marché français de l’agrégation – Bankin’, Budget Insight et Linxo – ont tous décroché l’agrément DSP2 ces derniers mois. Une normalisation réglementaire de nature à stimuler le marché BtoB. Joan Burkovic, CEO de Bankin’ (premier agrégateur à avoir obtenu l’agrément), assure que “de nombreux acteurs qui hésitaient à cause de débats internes sur la légalité de la méthode franchissent désormais le pas”. “La société est en train de signer de nombreux nouveaux clients”, se réjouit le dirigeant. Outre les banques qui souhaitent améliorer l’expérience client sur leur application, l’agrégation est demandée par les plateformes de prêts, pour le scoring, les logiciels de comptabilité, les robo-advisors… Reste à choisir l’un des trois agrégateurs français, en pesant leur proposition de valeur.

Spécialistes du BtoB vs généralistes

Budget Insight opère uniquement en BtoB – son application BtoC Budgea n’est qu’une vitrine pour les clients BtoB – et ne risque donc pas de se retrouver en concurrence avec ses clients bancaires. Un avantage pour décrocher les appels d’offres des grands groupes. Linxo, de son côté, suit une stratégie hybride en misant tout aussi bien sur son application BtoC (1,7 million d’utilisateurs ayant utilisé au moins une fois l’application) que sur son activité BtoB.

Bankin’ est résolument centré sur le BtoC… mais propose aussi depuis trois ans environ sa technologie sous forme d’API, principalement à des petites entreprises, à la marge et de manière opportuniste. Une activité formalisée sous la marque Bridge, fin 2017, et destinée à saisir l’opportunité de la DSP2.

Self-service ou grands comptes

Bankin’ vise principalement des acteurs pouvant s’onboarder seuls et utilisant la solution SaaS.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind