TEST 15 JOURS

Agrégation et crédit en ligne : retour sur les premières expériences françaises

L’ajout de l’agrégation de comptes bancaires aux parcours de demandes de crédit, dans le cadre de la DSP2, devrait apporter un changement majeur sur le marché. Younited Credit, le plus avancé en France, revendique déjà des taux d’adoption importants. En parallèle, l’offre BtoB émerge et se structure. Au-delà du scoring, de futurs usages se dessinent, du rachat de crédit à la recommandation financière personnalisée. 

Par Aude Fredouelle. Publié le 12 novembre 2019 à 15h54 - Mis à jour le 12 novembre 2019 à 15h54

Deux mois après l’entrée en application de la directive européenne sur les services de paiement (DSP2), le marché français du crédit tâte le terrain des méthodes de scoring liées à l’open banking. Le principe : proposer aux clients demandant un crédit la possibilité de donner accès à leurs données de transactions bancaires (via un agrégateur) puis analyser l’historique afin de déterminer le score de crédit. 

En France, où les registres de crédits n’existent pas, le sujet est primordial, “notamment pour les sociétés de crédit qui, contrairement aux banques, ne détiennent pas ces données de comptes pour établir la solvabilité d’un client”, souligne Frédéric Jacob-Peron, directeur de Franfinance. “L’agrégation de compte permet de pallier l’absence, jugée scandaleuse par de nombreux observateurs de marché et de nombreuses associations de consommateurs, de fichier positif en France”, ajoute Geoffroy Guigou, directeur général de Younited. 

Pourtant, cet usage qui pourrait bouleverser le secteur est encore peu développé. Parmi les acteurs traditionnels du crédit à la consommation, qui sont les plus à même d’intégrer l’agrégation dans un premier temps, Franfinance est le seul à avoir annoncé le déploiement, en juillet dernier, d’un premier parcours intégrant ce nouvel outil. Les autres ne sont pas aussi avancés. Chez Sofinco, le sujet est “en réflexion”. Chez Banque Casino, “l’accès aux données bancaires sera testé dans les mois qui viennent pour les crédits longs”, indique Marc Lanvin, directeur général adjoint. Les autres grands acteurs du crédit à la consommation n’ont pas répondu à nos sollicitations. 

Cofidis, toutefois, a signé avec la fintech Algoan, filiale BtoB créée en 2018 de la plateforme de crédit à la consommation pour les étudiants Yelloan. Algoan propose en BtoB son chatbot remplaçant le formulaire de demande de crédit ainsi que son score “open banking”, c’est-à-dire basé sur l’agrégation. Cofidis n’a pas encore déployé le second volet, mais la mise en production est prévue à terme. 

De leur côté, Experian et Bankin’, qui ont annoncé en novembre le lancement d’une offre “open banking” combinant la brique d’agrégation de Bankin’ (Bridge) et la brique de scoring d’Experian, révèlent à mind Fintech avoir déjà en cours “un projet de construction d’une plateforme pour une filiale crédit d’une grande banque française”.…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Comment le paiement fractionné est en train de se démocratiser

Crédit conso : les acteurs traditionnels entament leur mue