TEST 15 JOURS

Ma French Bank franchit la barre des 400 000 clients deux ans après son lancement

La banque mobile de La Banque Postale lance une carte premium et déploie de nouvelles fonctionnalités, parmi lesquelles un coach financier avec Personetics, l’agrégation de comptes avec Eurobits (Tink) et un callbot en langage naturel avec Zaion.

Par Aude Fredouelle. Publié le 28 septembre 2021 à 17h10 - Mis à jour le 30 septembre 2021 à 9h58

Deux ans après son lancement commercial, Ma French Bank a franchi la barre des 400 000 clients, contre 280 000 fin 2020 (soit une hausse de 43 %) et 123 000 fin 2019, six mois après son lancement. La banque mobile de La Banque Postale recrute en moyenne 18 000 clients par mois, indique sa directrice générale Alice Holzman, “ce qui place Ma French Bank parmi les cinq plus belles dynamiques de conquête des banques en ligne et néobanques”. Elle souligne par ailleurs que Ma French Bank enregistre “peu de churn” et que “la majorité des comptes fermés le sont par Ma French Bank, parce qu’une fraude est détectée ou parce que les cotisations ne sont pas payées”. 

La société confirme ainsi son objectif d’un million de clients d’ici fin 2025, échéance à laquelle elle souhaite enregistrer un premier exercice à l’équilibre. En 2020, elle a enregistré une perte nette de 66,5 millions d’euros (lire encadré). 

Ma French Bank a enregistré un PNB de 1,5 million d’euros en 2020

Selon les comptes annuels de Ma French Bank consultés par mind Fintech,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Afone Paiement lance Noelse, une nouvelle néobanque française

Ma French Bank a enregistré un PNB de 1,5 million d’euros en 2020

Néobanques pour ados : plus d’offres mais encore peu de clients