TEST 15 JOURS

Benoît Grisoni (Boursorama) : “Boursorama ne cherche pas à copier la proposition de valeur des néo-banques”

Benoît Grisoni, directeur général de Boursorama, relativise l’impact des nouveaux entrants sur le marché bancaire. Pour lui, leurs offres basiques ne peuvent pas être comparées aux panels de produits financiers proposés par les acteurs traditionnels et l’expérience utilisateur d’une application ne suffit pas à faire la différence.

Par Aude Fredouelle. Publié le 02 mars 2018 à 15h15 - Mis à jour le 13 janvier 2021 à 11h56

Pouvez-vous faire le point sur l’activité de Boursorama ?

Boursorama comptait 1,3 million de clients à fin 2017, soit une hausse de 30% en un an. Nous avons doublé de taille en moins de trois ans, que ce soit en termes de clients, d’encours sous gestion et d’encours de crédits. A fin 2017, nous avions 5,8 milliards d’euros d’encours de crédits – prêts immobiliers, crédits à la consommation et crédits type Lombard – en hausse de 30%. Et à la fin du troisième trimestre 2017, nous détenions environ 14 milliards d’euros d’actifs sous gestion. En moyenne, 19 000 euros d’encours sont gérés par Boursorama pour chaque client : cela prouve que nos clients ne sont pas des clients fantômes qui viennent juste chercher les primes de parrainage. 90% des clients sont prêts à nous recommander à leurs proches et notre score NPS est à +40 contre -10 en moyenne pour les banques traditionnelles.

Quelle réponse envisagez-vous d’apporter face à l’entrée des néo-banques sur le marché ?…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind