TEST 15 JOURS

Comment les BATX ont pris d’assaut les services financiers en Chine 

En Chine, en Inde, et plus loin dans le monde, les BATX s’installent comme des acteurs d’importance dans les services financiers. mind Fintech a répertorié les principales initiatives financières de ces acteurs numériques disponibles en source ouverte. Notre constat : si le paiement, le crédit ou l’assurance sont loin d’être le coeur de métier de Baidu, Tencent, Alibaba ou Xiaomi, ils les  proposent aujourd’hui à de multiples clientèles. Ce premier article se concentre sur les activités financières des quatre géants sur leur marché domestique. 

Par Innocent AzilanMathilde SaliouAymeric Marolleau. Publié le 13 mai 2020 à 9h29 - Mis à jour le 26 novembre 2020 à 14h26

Comment permettre à une population, dont le taux de bancarisation s’élevait à 64% en 2011, de vendre et acheter en ligne ? Comment la maintenir aussi longtemps que possible sur une plateforme sociale ? Sur un smartphone ? C’est à ce type de questions que les géants technologiques chinois Baidu, Tencent, Alibaba et Xiaomi ont dû répondre pour parvenir à développer leur coeur d’activité. Plus précisément, c’est pour favoriser ses activités de e-commerce qu’Alibaba, société éditrice du site de commerce en ligne Taobao, a commencé à développer son service de paiement numérique Alipay en 2004. C’est pour garder les utilisateurs captifs au sein de ses applications sociales QQ et plus tard WeChat que Tencent s’y est mis à son tour, dès 2005. Baidu, connu pour son moteur de recherche, et Xiaomi, fabricant de smartphones, ont suivi. 

Aujourd’hui, Alipay et WeChat revendiquent chacun plus d’un milliard et plus de 800 millions d’utilisateurs de leurs solutions de paiement mobile. Comme les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) aux Etats-Unis, les Big Tech chinoises viennent défier les institutions financières sur leur propre terrain en exploitant les atouts propres à leurs activités initiales : des avancées technologiques, une agilité certaine, de vastes bases de clients et les volumes considérables de données qui les accompagnent. Grâce aux revenus engrangés par leurs activités dans l’e-commerce, les terminaux numériques ou l’édition de jeux vidéos, ces géants se diversifient dans les services financiers via des investissements. mind Fintech a développé une base de données recensant les initiatives des BATX réalisées dans la banque et l’assurance et en livre l’analyse au fil de ce dossier. Sur les 184 activités recensées par nos soins, près de 55% relèvent de la prise de participation. 

Reconstruire le système financier grâce aux technologies

Comment différencier les activités financières réalisées par des sociétés du numérique de celles réalisées par des start-up spécialisées dans la finance ? Pour Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, les fintech “prennent le système financier originel et l’améliorent grâce à la technologie”. Les “TechFin”, en revanche, néologisme qu’il a lui-même créé en 2016, cherchent “à reconstruire le système avec de la technologie”. Il ajoutait ensuite, au sujet de l’application Alipay et des services qui l’entourent : “ce que nous voulons faire, c’est résoudre le manque d’inclusivité” du système traditionnel.

Elsa Hu, directrice exécutive de GP Bullhound à Hong Kong, explique à mind Fintech : “Alibaba s’est lancé dans son activité de paiement parce que personne d’autre ne pouvait le faire. Leurs volumes étaient tels qu’ils étaient les seuls à pouvoir construire le système” qui permettrait de gérer les transactions réalisées. Si la question s’est posée il y a seulement une quinzaine d’années,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind