TEST 15 JOURS

Conformité : les coûts ont augmenté de 21 % en 2020 par rapport à l’année précédente

L’arrivée de nouvelles directives en matière de lutte contre le blanchiment et le contexte sanitaire ont accru les coûts de mise en conformité des acteurs financiers en Europe, selon l’étude de LexisNexis Risk Solutions. mind Fintech fait le point avec Kader Djouadi, son directeur EMEA de conformité en matière de criminalité financière.

Par Caroline Soutarson. Publié le 27 avril 2021 à 17h40 - Mis à jour le 19 juillet 2021 à 10h28
LexisNexis Graphique

En 2020, le coût total de mise en conformité en matière de crime financier pour l’ensemble des organisations financières (banques, sociétés d’investissement, sociétés de gestion d’actifs et compagnies d’assurance) s’élève à 117,5 milliards de dollars (environ 97,6 milliards d’euros) pour la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), selon l’enquête menée par LexisNexis Risk Solutions diffusée le 27 avril. Cette valeur est imputable, pour moitié, aux sociétés allemandes dont les coûts se hissent à 57,1 milliards de dollars (soit 49 % du total, en augmentation de 20 % par rapport à 2019). La France et l’Italie complètent le podium avec, respectivement, 24,8 et 20,2 milliards de dollars, en hausse de 18,1 % et 26,6 %. Pour les marchés européens dans leur ensemble,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

L'ouverture de compte, vecteur d’attaque favori des pirates contre le secteur financier

Les banques européennes dépensent chaque année jusqu'à plus de 50 millions de dollars pour leur conformité

Entretien

Carine Cartaud (LexisNexis Risk Solutions) : “Nous sommes capables de reconnaître 1,5 milliard d’identités numériques”