TEST 15 JOURS

Les “super-apps” chinoises, des écosystèmes financiers à part entière

Dans un dossier paru le 13 mai, mind Fintech a analysé la manière dont quatre géants chinois du numérique - Baidu, Alibaba, Tencent, et Xiaomi - se sont tournés vers les services financiers au cours des quinze dernières années. Deux d’entre eux, Alibaba (et son ancienne filiale Ant Financial) et Tencent, misent par ailleurs sur des outils qui leur sont spécifiques : des applications qui offrent un tel panel de services qu’elles sont désormais qualifiées d’“applications lifestyle”. Retour sur la manière dont ces solutions bouleversent les usages financiers. 

Par Mathilde Saliou. Publié le 09 juin 2020 à 16h10 - Mis à jour le 26 novembre 2020 à 13h07

Installez WeChat et vous pourrez tout faire ou presque : discuter avec vos proches, commander à déjeuner, acheter des vêtements, planifier votre voyage à l’étranger, jouer aux jeux vidéos… Surtout, vous pourrez payer en ligne et hors-ligne en utilisant votre wallet WeChat Pay. Et vous aurez accès à des services financiers aussi divers que le paiement instantané entre amis, des solutions d’assurance, d’autres de crédit, etc. WeChat est l’archétype de l’“application lifestyle”, un concept parfaitement rôdé en Chine. “Il s’agit d’un écosystème complet qui regroupe un bouquet de services rendus très pertinents grâce à une connaissance précise des données des utilisateurs”, résume Armand Mazloumian, président du French-Chinese Center et fondateur de l’accélérateur China Booster. 

Alipay, créée en 2004 par Alibaba, est l’autre grande application entrant dans cette catégorie. À l’époque, il s’agissait surtout de proposer un système de paiement pour permettre aux acheteurs et vendeurs de la plateforme d’e-commerce TaoBao de réaliser leurs transactions en ligne en toute confiance. En 2009, Alipay a déployé la première version de son wallet mobile. Depuis, le nombre d’utilisateurs et de services, toujours plus divers, n’a cessé de croître. Fin mars 2019, Ant Financial annonçait avoir dépassé le milliard d’utilisateurs actifs annuels d’Alipay et des 9 autres e-wallets que le groupe opère, tandis que Tencent dépassait les 1,16 milliard d’utilisateurs de WeChat à la fin 2019 (voir notre article Les BATX dans les services financiers, cartes d’identité).

Des outils pour l’inclusion financière

Pour comprendre ce qui a permis l’expansion de ces “super-applications”, il faut revenir à la création de la première d’entre elle. Aujourd’hui éditée par Ant Financial, Alipay a d’abord été la propriété de sa maison-mère, Alibaba, géant du e-commerce. Au début des années 2000, explique Yassine Regragui, consultant spécialiste fintech et Chine chez Deloitte, les entreprises technologiques “ont constaté que le système bancaire chinois n’offrait pas de services numériques aussi avancés que ce qu’elles-mêmes étaient capables de proposer.” En outre, la Chine n’avait pas franchi  l’étape de l’adoption de la carte bancaire, comme en Occident , et, surtout, le pays présentait un taux élevé de non-bancarisation (encore à 64% en 2011). Les BATX  ont donc considéré “que passer directement par le web puis par le smartphone pour faciliter le paiement était la voie la plus évidente ”. L’ajout “d’offres de micro-crédit, de micro-financement sous toutes ses formes, a permis d’améliorer le service rendu au client”, ajoute Yassine Regragui. Avec à terme, un impact positif sur leurs revenus.…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Tencent cloud lance une nouvelle alliance autour de la blockchain

Alibaba propose le paiement différé aux commerçants américains

WeChat Pay va proposer un score de crédit à ses 600 millions d’utilisateurs

La liste des initiatives des BATX dans la fintech