TEST 15 JOURS

L’identité numérique en France, nouvelle terre promise des acteurs financiers ?

Au-delà de la seule connaissance client (KYC), la question de l’identité numérique sous-tend de nombreux cas d’usage utiles aux acteurs des services financiers. Point d’étape sur le développement de ce double numérique officiel en France et la manière dont l’industrie peut s’en emparer.

Par Mathilde Saliou. Publié le 18 novembre 2020 à 11h35 - Mis à jour le 07 septembre 2021 à 17h08

Le 23 juillet 2014, le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne (UE) ont adopté le Règlement eIDAS, “sur l’identification électronique et les services de confiance pour les transactions électroniques au sein du marché intérieur”. Objectif : rendre sécurisés et interopérables en ligne l’identification électronique, les “services de confiance” (création, vérification et validation de signatures électroniques, cachets électroniques, horodatages électroniques,, etc) et l’échange de documents électroniques dans tous les pays de l’UE. 

Une avancée de taille, alors que Facebook a lancé son outil Facebook Connect dès 2008, suivi par Google avec Google+ Sign-In (aujourd’hui Google Sign-In) en 2013. Car le règlement veut faciliter l’usage d’identités numériques. Grâce à une identification unique et sécurisée, l’utilisateur doit pouvoir accéder à plusieurs services, voire transmettre des documents. L’intérêt est manifeste pour les secteurs de la banque et de l’assurance. En 2020, 63 % des consommateurs abandonnent en plein milieu du processus d’ouverture d’un compte en ligne chez des banques scandinaves, britanniques et allemandes, selon une étude de Signicat. Une solution robuste et reconnue permettrait de faciliter l’entrée en relation avec de nouveaux clients. 

Des identités numériques reconnues à un niveau gouvernemental peuvent aussi servir des cas d’usage proches de ceux imaginés dans le sillage de l’open banking, et basés sur l’échange sécurisé de documents officiels comme des justificatifs de domicile ou d’imposition. “Une identité numérique partagée permettrait la fluidification des parcours pour tout le monde, estime Candice Dauge, directrice du programme Identité Numérique du Groupe La Poste.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Entretien

Juliette Delanoe (Ubble) : “La certification par l’ANSSI des prestataires de vérification d’identité à distance fait de la France un pionnier”

Authentification : la solution AutoIdent d’IDnow autorisée pour le niveau “substantiel”