TEST 15 JOURS

Finance embarquée : comment Swan opère son développement international

La plateforme de Banking-as-a-Service Swan, lancée mi-2020, gère plus de 300 millions d’euros de transactions par mois pour ses 70 clients. Pour assouvir ses ambitions paneuropéennes, elle adapte progressivement son produit à d’autres pays, à commencer par l’Allemagne où elle propose désormais un IBAN local. Objectif : prendre la place de leader sur un marché européen encore fragmenté.

Par Aude Fredouelle. Publié le 25 janvier 2023 à 17h44 - Mis à jour le 30 janvier 2023 à 11h53
Swan
Les points clés
Swan souhaite devenir une plateforme paneuropéenne de finance embarquée. Elle propose déjà les IBAN français et allemands et va progressivement ajouter des pays supplémentaires.
Au global, Swan revendique 70 clients, dont 40 ont été recrutés en 2022. La moitié des nouveaux clients sont étrangers.
L’abonnement SaaS représentent environ 65 % du chiffre d’affaires de Swan, contre 35 % pour les revenus bancaires.

Projet initié au sein du start-up studio eFounders, Swan est une plateforme de Banking-as-a-Service (BaaS) lancée mi-2020. À cette époque, Treezor, rachetée en 2018 par Société Générale, règne en maître sur le sujet, en servant la quasi-totalité des néobanques françaises (Qonto, Lydia, Xaalys, Shine…). Swan se lance avec un positionnement différent. Plutôt que de cibler en priorité ces nouveaux acteurs, comme le font les plateformes de BaaS existantes, la société “part d’une autre thèse : n’importe quelle société peut devenir une fintech”, indiquait en septembre 2020 Nicolas Benady, cofondateur et CEO, à mind Fintech. Swan mise donc sur la finance embarquée, avec un produit “plus simple et moins ouvert que celui de Treezor”,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind