TEST 15 JOURS

Comment Money Walkie distribue sa néobanque pour les enfants dans les commerces et les agences BPCE

Money Walkie se distingue des néobanques pour les enfants existantes en commercialisant un petit objet avec une coque enfantine permettant de réaliser des paiements sans contact associé à un compte de paiement et une application miroir. Avec une distribution dans des librairies, commerces et au sein des agences du groupe BPCE, la start-up assure qu’elle atteindra l’équilibre à partir de 80 000 à 100 000 utilisateurs actifs payants.

Par Aude Fredouelle. Publié le 09 novembre 2022 à 10h26 - Mis à jour le 11 janvier 2023 à 15h17
Les points clés
Moneywalkie commercialise un objet permettant de payer en magasin en sans contact, accompagné d’une application miroir à la manière des néobanques pour ados.
50 % des ventes sont réalisées chez les commerçants partenaires, 25 % en ligne et 25 % en ligne via BPCE.
20 % des clients de Moneywalkie sont des adultes. Parmi eux, notamment, des personnes âgées ou en situation de handicap.

En 2019, plusieurs néobanques pour adolescents se sont lancées en France (Xaalys, Pixpay, Vybe, Kard), bientôt suivies par des offres d’acteurs traditionnels calquées sur leur modèle : une application miroir, avec un volet dédié à l’enfant et l’autre au parent, une carte de paiement, des fonctionnalités d’épargne ou de rémunération à la mission… Quelques années plus tard, le marché se consolide et les acteurs cherchent encore leur business model (lire notre dossier : “Néobanques pour ados : le marché se resserre”). 

Aux côtés de ces modèles, une start-up a choisi de se positionner sur la même cible avec une offre différenciante. Money Walkie, créée en 2019 par Raphaël Leprette, passé par Société Générale, HSBC et EY, mise sur un produit hardware.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Néobanques pour ados : le marché se resserre