TEST 15 JOURS

Nicolas de Labarre (Smile & Pay) : “Nous permettons aux banques de distribuer des solutions d’encaissement agiles”

Sur le créneau de l’encaissement mobile où s’affrontent de nouveaux acteurs comme iZettle (PayPal) ou SumUp, le français Smile & Pay se prépare à enclencher une nouvelle dynamique commerciale. La société se positionne sur l’e-commerce, veut répondre aux besoins de cibles telles que les réseaux de franchise et les professionnels de santé et multiplier les partenariats avec des banques. Rencontre avec son directeur général, Nicolas de Labarre.

Par Antoine Duroyon. Publié le 25 janvier 2021 à 15h12 - Mis à jour le 25 janvier 2021 à 15h14
Nicolas De Labarre

Smile & Pay a débuté son activité fin 2015. Où en est la société aujourd’hui ?

Cinq ans après son démarrage, Smile & Pay compte plus de 13 000 clients commerçants actifs en France. L’entreprise a traité à ce jour plus de 320 millions d’euros de transactions, dont 110 millions en 2020 malgré un “trou d’air” lié à la crise du coronavirus. Dans ce contexte particulier, nous sommes parvenus l’an dernier à stabiliser notre volume de transactions et notre chiffre d’affaires (près de 2 millions d’euros en 2019 dont plus des trois quarts proviennent des commissions de services, ndlr). 

Comment se décompose le portefeuille clients ?…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Alma et Smile & Pay lancent une offre de paiement fractionné en magasin

Smile & Pay simplifie la structure de son actionnariat

Hugues Le Bret entre au conseil d'administration de Smile & Pay

Le terminal d'encaissement mobile Smile & Pay lève 2,5 millions d’euros