TEST 15 JOURS

Quels usages et perspectives pour les sous-comptes des néo-banques?

Courant 2018, Revolut a lancé Vaults, N26 Espaces et Lydia ses sous-comptes. A terme, ces sous-comptes courants pourraient permettre de créer bien plus que de simples projets d’épargne non rémunérée.

Par Aude Fredouelle. Publié le 12 février 2019 à 15h35 - Mis à jour le 12 février 2019 à 15h35

Plusieurs néo-banques et challengers ont lancé en 2018 des fonctionnalités de sous-comptes, c’est-à-dire la possibilité de créer des sous-comptes courants dédiés à des projets distincts et de les alimenter. Pour l’instant, la nouveauté relève surtout de l’expérience utilisateur, ces sous-comptes n’étant  pas rémunérés. Mais les acteurs ont en ligne de mire bien d’autres innovations et développements.

Revolut a été le premier à dégainer avec Vaults, en avril 2018. Les sous-comptes (15 maximum par client) peuvent être alimentés par paiements récurrents ou ponctuels ou bien par une fonctionnalité d’épargne à l’arrondi (liée aux dépenses de la carte Revolut). Le client peut aussi convertir automatiquement les montants épargnés en achetant une crypto-monnaie.

40 millions d’euros dans les Vaults de Revolut

Le 8 juin 2018, à peine deux mois après le lancement de Vaults, Revolut annonçait dans un post de blog que 5 millions de livres (dont 3,1 millions d’euros, 2,1 millions de livres, 1,1 million de zlotys et 500 000 leus roumains) avaient déjà été mis de côté dans des sous-comptes par ses clients.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind