TEST 15 JOURS

Vidéo et automatisation, l’avenir de l’onboarding bancaire à distance ?

Des solutions de KYC photo et vidéo s’introduisent dans les parcours d’ouverture de compte bancaire à distance pour en améliorer les taux de conversion. La réglementation devrait évoluer pour mieux encadrer ces nouvelles pratiques. État des lieux des acteurs du marché et des innovations à venir.

Par Aude Fredouelle. Publié le 16 septembre 2019 à 14h59 - Mis à jour le 16 septembre 2019 à 14h59

Simplifier le parcours d’onboarding est un enjeu majeur pour les acteurs bancaires, qui souhaitent maximiser les taux de conversion et fluidifier le parcours d’onboarding, tout en luttant efficacement contre la fraude. L’utilisation de la photo et de la vidéo sur le smartphone du futur client, pour authentifier ses documents puis confirmer son identité, séduit donc de plus en plus de banques.

L’authentification par chat vidéo a notamment été amenée dans l’Hexagone par de nouveaux acteurs étrangers comme l’allemand N26. Passant par IDnow et sa solution de KYC vidéo VideoIdent, le challenger propose un parcours d’onboarding 100% mobile avec un chat vidéo impliquant un agent humain. Après l’authentification des documents d’identité, présentés par le client devant l’objectif et pris en photo, IDnow automatise l’identification de ce dernier grâce à des algorithmes de biométrie.

Un humain bien entraîné présente un taux de fausse acceptation (FAR) de 2 à 3% alors que nos algorithmes descendent à 0,3% et sont améliorés en continu”, note Typhaine Gaudemer, directrice des ventes France et Bénélux. Grâce à ce parcours vidéo fluide, “N26 revendique un taux de conversion allant jusqu’à 95%, alors que sur les autres parcours de souscription du marché, plus de 60% des clients abandonnent en cours de route”, ajoute la dirigeante.

Faciliter la prise de photo

En février 2018, Société Générale a également introduit un parcours vidéo mobile en faisant appel à Idemia, qui utilise la solution d’authentification de la start-up Ariadnext. Le client commence par prendre en photo deux documents d’identité. “Nous intégrons des composants logiciels à l’application bancaire qui facilitent la prise de photo d’un document d’identité, car ce n’est pas simple”, souligne Philippe Le Pape, directeur en charge du programme KYC d’Idemia. Un algorithme donne alors un feu vert (dans 85% des cas),…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

IDnow, en cours d’homologation par l’ACPR, s’allie à une grande banque française

Entretien

Typhaine Gaudemer (IDnow) : “L’authentification est un moment crucial dans le recrutement de nouveaux clients”

Société Générale introduit l’identification par vidéo pour l’ouverture de compte